Accueil » Non classé » Un attentat contre la liberté! Pourquoi et quelle attitude adopter?

Un attentat contre la liberté! Pourquoi et quelle attitude adopter?

Le 8 janvier 2015, en réponse aux comportements violents d’individus contre les acteurs du journal Charlie Hebdo, une réflexion a été instaurée sur le site Humanité et Biodiversité dont Hubert Reeves est le président. (1) La publication intitulée « C’est un attentat contre la liberté, nous sommes tous concernés » a suscité des commentaires primaires, surtout des réactions aux évènements, mais très peu de commentaires constructifs incitant à comprendre le fond des évènements et incitant à passer à l’action pour architecturer et implanter des correctifs.

Le seul commentaire conscient et approfondi est celui d’une Française de Épinac en France, madame Marier, passionnée de psychologie qui s’exprime ainsi :

« Chers humains, nous venons de vivre quasi en direct l’horreur incarnée par des êtres mal dans leur peau, fragiles psychiquement, endoctrinés au point de perdre tout discernement. Puissions-nous toutes et tous, chacune et chacun prendre toute la mesure de l’impact du fanatisme, quel qu’il soit, chez nous et partout ailleurs sur notre belle planète et porter haut et fort à chaque instant les valeurs guidées par le respect du vivant. Je ne suis pas Charlie, j’aime ce que représente Charlie. »

Ce commentaire est d’une objectivité exemplaire pour énoncer un constat et va dans le même sens que notre analyse psychosociale et comportementale de la problématique. (2) Nous regrettons d’ailleurs que les administrateurs de ce site refusent de diffuser cette analyse.

Tel que l’affirme le neuropsychiatre Boris Cyrulnik dans son analyse de la situation (3), « On peut faire de cette tragédie une solidarité ou un massacre. Les musulmans français sont en danger. Ils risquent d’être agressés. » En fait, la réaction solidaire mondiale met en danger les musulmans de la planète!

C’est par la prise de conscience de l’origine et la compréhension des justifications profondes de cette violence que nous devons l’accepter et non en répondant par la violence. Mais cette acceptation ne doit pas nous laisser béats de tristesse et de compassion devant le constat d’une problématique sociale qui induit des stratégies comportementales graves et dommageables.

Dans son entrevue (3), Cyrulnik affirme : « Freud disait : les mots désignent des choses au début, puis des choses qui ne sont pas là, c’est la fonction du symbole, et enfin ils finissent par ne plus rien désigner du réel. À ce moment-là, on se soumet à un slogan. Quand une culture ne permet pas la rencontre et le débat, on est des proies. »

Il est important d’alimenter des comportements constructifs par nos attitudes, mais ces attitudes ne doivent pas induire des stratégies comportementales d’inertie face à une situation qu’il faut corriger! Au contraire, il faut alimenter la démarche active du questionnement, de l’analyse et de la recherche et ne pas se contenter de simples débats superficiels pour passer à l’action et prendre en considération cette problématique sociale grave. Il faut rectifier nos modèles comportementaux et sociaux.

Cette problématique des violences sociales ne relève pas d’un débat d’idéologies ni de croyances; les croyances ne sont pas des faits… Cette problématique est un phénomène social récurrent figurant parmi les comportements de populations définies de l’espèce humaine et doit être l’occasion d’une introspection profonde, d’une analyse et d’une recherche pour identifier par les sciences, qui expliquent les faits et les phénomènes, quelles sont les raisons profondes de ces comportements sociaux désaxés.

« Avec une minorité d’hommes formés, payés et armés, manipulés et fabriqués, on peut détruire une civilisation. », affirme Boris Cyrulnik.

Nous confirmons qu’avec une minorité d’hommes qui observent, recherchent, analysent et décrivent les problématiques des stratégies comportementales induites par des concepts de l’environnement social, on peut architecturer de meilleures structures sociales politiques, économiques, législatives, juridiques, culturelles, religieuses et construire une civilisation durable! C’est là le but de l’architecture sociale.

Sinon, il faut accepter que l’histoire se répète sans que nous apprenions à en tirer quoi que ce soit. L’urgence de faire le travail d’introspection doit nous pousser aux actions concrètes nécessaires pour reconstruire nos institutions et structures sociales afin de sauver l’humanité et la biodiversité…

 

Note : Suite à la publication du texte ci-haut sur le site de Humanité et Biodiversité, les administrateurs du site ont supprimé notre commentaire et notre inscription au site! Cette réaction comportementale en révèle long sur l’attitude de ces individus…

 

Stéphane Brousseau – Directeur de recherche
IRASD – Institut de recherche en architecture sociale durable
Démocratie – Économie – Législation – Justice – Sciences – Éducation – Culture – Religions
IRASD.SSARI@gmail.com

 

(1) http://www.humanite-biodiversite.fr/article-asso/c-est-un-attentat-contre-la-liberte

(2) https://irasd.wordpress.com/2015/01/08/lhomme-tue-pour-le-plaisir/

(3) https://irasd.wordpress.com/2015/01/11/le-neuropsychiatre-boris-cyrulnik-estime-que-les-terroristes-sont-volontairement-faconnes/

Advertisements

3 commentaires

  1. Copin dit :

    Bonjour @ IRASD

    Si vous avez senti une forme d’amertume et de colère dans mes propos sur Agoavox
    « je ne suis pas Charlie », je suis néanmoins d’accord avec votre article sur l’attitude à adopter.

    Par ailleurs quand vous écrivez « Au contraire, il faut alimenter la démarche active du questionnement, de l’analyse et de la recherche et ne pas se contenter de simples débats superficiels pour passer à l’action et prendre en considération cette problématique sociale grave. Il faut rectifier nos modèles comportementaux et sociaux. »

    J’ai comme l’impression, que vous n’êtes pas au courant que la France a vendu pour deux milliards de dollars d’armes à l’Arabie Saoudite l’année dernière (un exemple parmi tant d’autres).
    J’ai comme l’impression également, que vous n’êtes pas au courant qu’un enfant meurt tous les trois minutes de faim ou sous les bombes, ça se passe sur la belle planète bleue de la Française de Épinac.
    Je pense que l’on a passé un cap irréversible concernant la folie des hommes. D’une nature pourtant optimiste, il n’empêche que je fais un bilan de la situation, c’est quoi ce bilan que personne ne parle, même Charlie Hebdo n’en fait jamais mention :
    Les pays occidentaux balancent des bombes sur tous les coins de la planète (toujours plus, avec de moins en moins de solution, le bourbier de l’enfer), je me pose la question de ces milliers d’enfants qui vivent ça en direct, qui voient leurs parents mourir sous les bombes, cette machine infernale la guerre, machine à fabriquer de la vengeance de la haine. Pour nous devant notre télé au chaud c’est un terroriste, pour lui c’est un maquisard, même Freud aurait rien changé à sa manière de penser. Pour moi la raison ultime c’est la guerre, l’ingérence et le pillage des ressources, le reste c’est du blabla, genre joker de la théologie mis souvent en avant par les médias complices d’oligarchies, ceux qui puissent les ressources de la planète à n’importe quel prix. En plus aujourd’hui nous rentrons dans l’aire de « l’idiocracy » le résultat du consumérisme intensif, émissions de real tv, violence des images dans les films le tueur n’a plus ça place à coté du « serial killer », toujours plus – images chocs, toujours plus – émissions à plus c’est bêtes à plus ça passe, toujours plus – à plus on zappe à mieux c’est, le cerveau ne fonctionne plus. Je réalise des conférences gratuites sur des sujets à mon avis passionnantes (big bang, Adn, Univers … dans les pas d’Hubert Reeves) même avec de la pub dans les journaux locaux, vous avez une dizaine de personnes, sur Youtube je fais 100 vues, à coté de ça une vidéo avec une personne qui fait « caca » dans un entonnoir fais des milliers de vues. L’idiocracy, c’est quand vous êtes en incapacité de décider, de juger, de comprendre, la liberté d’expression sans intelligence – il faut expliquer aux gens que ce n’est pas le bon moment pour la haine, que la laïcité ce n’est pas d’interdire (en 68 on disait il est interdit d’interdire) c’est de mettre cote à cote une crèche un bouddha … en quoi c’est gênant hormis des discussions sans fin, comme il est impossible de décider c’est la loi qui tranche, toujours plus de lois, plus, encore plus. Les gens vont bientôt visiter des hangars à « bouffe » le dimanche en guise de cathédrales ou musées, consumérisme oblige, pendant que leurs enfants brûleront des voitures (encore moins d’éducation, le seul jour en famille potentiellement possible, moins d’activités, moins d’associations de quartier, moins d’amour) et les politiques nous dirons encore plus de policiers ou il inviteront un philosophe véreux sur antenne 2 pour rassurer le citoyen moyen. Les moutons défileront (l’ instinct grégaire ça rassure) le slogan ne sera plus « Je suis Charlie » mais peut être « plus de sécurité » et à la télé de dire « on ne comprend pas. »
    C’est quoi la solution de tout cette « M…. », si vous avez une fuite dans votre maison, vous pouvez toujours mettre des gamelles par tout, la solution il faut grimper sur le toit pour arrêter la fuite !
    Il faut arrêter avec la croissance, de mon temps dans une copie de baque a lauréat si vous parler de croissance infini, dans un système fini c’est zéro sur vingt. Les ressource de la planète c’est un système fini pas besoin de faire l’Ena pour comprendre ça ! Arrêtons de piller le tiers monde pour ces ressources, arrêtons les guerres, arrêtons la production d’armes intensives, revoyons complètement l’outil de production avec l’homme au centre, partageons le travail, amour, intelligence. Le seul moyen, les citoyens doivent se mobilisés pour de grandes causes, il n’y rien à attendre des hommes politiques organisateurs de ce foutoir sans nom, il n’y a rien a analyser ! La réponse on la connaît tous ! (gc)
    -La folie consiste à faire encore et encore la même chose tout en attendant des résultats différents. (Albert Einstein)
    -Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. (Encore lui)

    J’aime

  2. irasdssari dit :

    Pas du tout… Nous sommes d’accord! Même que voici qui corrobore l’explication de Boris Cyrulnik : des gens opprimés, maintenus dans la misère par le système social et qui deviennent des proies faciles à enrôler dans une action terroriste pour se venger.

    http://www.reporterre.net/L-enfance-miserable-des-freres

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment ce contenu :