Accueil » 2015 » juillet

Archives mensuelles : juillet 2015

Alternatives au capitalisme : proposition d’économie démocratique

Un projet potentiellement intéressant à analyser.

.
http://www.newleftproject.org/index.php/site/article_comments/alternatives_to_capitalism_proposals_for_a_democratic_economy

Alternatives To Capitalism: Proposals For A Democratic Economy

by Robin Hahnel, Erik Olin Wright

Our new e-book is now out!

First published: 02 December, 2014 | Category: Vision/Strategy

New Left Project’s new e-book, Alternatives to Capitalism: Proposals for a Democratic Economy, is now available for download.

In it the leading radical thinkers Robin Hahnel and Erik Olin Wright take on the crucial but all-too neglected question: what kind of society should we be fighting for instead of capitalism?

Hahnel favours ‘participatory economics’. Wright advocates ‘real utopian socialism’. Alternatives to Capitalism puts these practical proposals through their paces in an in-depth, frank and extremely instructive debate about the central question of our time.

Download the book for kindle, free.

Buy the book on Amazon.

• If you don’t have a kindle, you can read it by downloading a kindle previewer.

• A pdf version will be available soon – watch this space.

We will be posting excerpts from the book on NLP over the coming weeks. First up, read the introduction.

And if you’re in or near London on Wednesday 3 December, come to our free launch event to discuss visions for a future beyond capitalism with both authors.

What they say about Alternatives to Capitalism:

Many recognize that the various forms of “really existing capitalism” have deficiencies that range from harmful to lethal. Few have carefully thought through “really existing alternatives” that offer hope for escape from problems and dilemmas that are profound, and imminent. Robin Hahnel and Erik Olin Wright are two of the most thoughtful and perceptive analysts to have pursued this critically important course. Their reasoned and informed interaction is a major contribution towards clarifying the paths forward.

– Noam Chomsky

This is an extraordinary book. At one level it is a profoundly informed discussion of critical issues of radical systemic structure. At another it is a model of how a thoughtful dialogue on challenging and highly contested issues should be carried on. A must read for anyone seriously interested in how to conceive the possible forms of fundamental systemic change.

– Gar Alperovitz, author of What Then Must We Do: Straight Talk about the Next American Revolution, and Co-Founder of the Democracy Collaborative

If you’ve ever wondered what a democratic economy could really look like, treat yourself to this engaging (and wonderfully comradely) conversation about two leading schools of contemporary socialist thinking—participatory economics and real utopias—by their distinguished founders.

– Juliet Schor, author of Plenitude: The New Economics of True Wealth and Professor of Sociology at Boston College

Although the failings of neoliberalism are increasingly clear – social, economic and environmental – the myth of « no alternative » remains a powerful one. In this e-book, Robin Hahnel and Erik Olin Wright debate what an alternative might look like. Should it involve markets? Is a role for markets compatible with democratic values? To be so, what other institutions and policies must be in place? Their discussion is a superb introduction to these fundamental debates.

– Stuart White, author of Equality and Director of the Public Policy Unit at Oxford University

About the authors

Robin Hahnel is Professor Emeritus from American University in Washington DC where he taught in the department of economics for thirty-three years. He has also taught as a visiting professor at the Catholic University in Lima, Peru, the University of Manchester in Manchester England, and most recently at Lewis and Clark College and Portland State University in Portland Oregon. He has been active in left politics for over forty-five years, beginning with New Left SDS chapters at Harvard and MIT in the 1960s, and most recently with Jobs with Justice and Rising Tide in Portland Oregon.

He is best known as co-creator, together with Michael Albert, of the alternative to capitalism known as “participatory economics,” (The Political Economy of Participatory Economics, Princeton University Press, 1991.) His most recent books are Economic Justice and Democracy: From Competition to Cooperation (Routledge, 2005), Green Economics: Confronting the Ecological Crisis (M.E. Sharpe, 2011), Of the People, By the People: The Case for a Participatory Economy (AK Press, 2012), and The ABCs of Political Economy: A Modern Approach, 2nd edition (Pluto Books, 2014).

Erik Olin Wright has taught sociology at the University of Wisconsin since 1976 where he is currently Vilas Distinguished Professor of Sociology. His academic work has been centrally concerned with reconstructing the Marxist tradition of social theory and research in ways that attempt to make it more relevant to contemporary concerns and more cogent as a scientific framework of analysis. His empirical research has focused especially on the changing character of class relations in developed capitalist societies. Since 1992 he has directed The Real Utopias Project which explores a wide range of proposals for new institutional designs that embody emancipatory ideals and yet are attentive to issues of pragmatic feasibility. He was president of the American Sociological Association in 2011-12.

His principal publications include: The Politics of Punishment (Harper Collins, 1973); Classes (London: Verso, 1985); The Debate on Classes (London: Verso, 1990); Interrogating Inequality (London: Verso, 1994); Class Counts: Comparative Studies in Class Analysis (Cambridge University Press, 1997); Deepening Democracy: institutional innovations in empowered participatory governance (with Archon Fung. London, Verso, 2003); Envisioning Real Utopias (Verso, 2010); and jointly with Joel Rogers, American Society: how it really works (W.W. Norton, 2011). He is also the editor of the Real Utopias Project series, published by Verso Books. His forthcoming book, Understanding Class (Verso, 2015), proposes a framework for integrating the insights of different traditions of class analysis. He is currently working on a new manuscript, Sociological Marxism (Verso: tentatively, 2017).

Website: www.ssc.wisc.edu/~wright

Advertisements

La Charte du Monde Libre

Voici une analyse projetée sous forme de charte constituant un excellent projet de société qui s’appuie sur des faits et limitations réelles des environnements humain et biophysique afin d’établir un modèle d’environnement social viable, durable et évolutif pour l’espèce humaine et toutes les autres espèces partageant la même planète.

Bien sûr, le projet requiert de nombreuses précisions afin d’être opérationnel, sans compter la nécessité de valider chacun des aspects avant d’élaborer un plan de transition réalisable. Toutefois, de très nombreux aspects rejoignent les recherches de l’IRASD pour arriver à des conclusions identiques.

.
http://www.freeworldcharter.org/

La Charte du Monde Libre

Qu’est-ce que La Charte du Monde Libre ?

La Charte du Monde Libre est une déclaration de principes ayant le potentiel d’optimiser les conditions de vie sur Terre pour toutes les espèces, d’éradiquer la pauvreté et l’avidité et de favoriser le progrès.

Ces dix brefs principes, qui ne sont rattachés à aucune politique ou religion, pourraient constituer les bases d’une nouvelle société plus avancée qui n’utiliserait aucune monnaie, serait libre et gratuite, équitable et durable. Ils reposent uniquement sur la Nature, le bon sens et la survie.

La Charte du Monde Libre est désormais largement considérée comme une progression logique suite à l’échec des mécanismes de la société actuelle, et une étape naturelle de notre évolution.

Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, le monde est devenu particulièrement hostile. Nombreux sont ceux qui ont du mal à couvrir leurs besoins de base et cela est littéralement impossible pour des millions de gens chaque année.

Il ne devrait pas en être ainsi.

En tant qu’espèce dominante, nous, les humains, n’avons pas reconnu l’immense responsabilité associée à nos vastes connaissances et à notre puissance. L’argent a gravement déformé notre vision du monde et nous a éloignés de ce qui importe vraiment.

Tout ce dont nous avons besoin pour survivre : l’eau, la nourriture, l’air, l’énergie, la biodiversité, la compassion, ont été mis en péril car nous avons fait passer le profit avant la Nature. La Nature ne cède pas et ne se négocie pas. Si nous persistons à lutter contre elle, c’est elle qui vaincra. En d’autres termes, l’humanité – et d’innombrables autres espèces innocentes – pourraient disparaître.

Il est temps d’apporter certains changements fondamentaux à notre mode de vie, qui n’est désormais ni pérenne ni juste. L’adoption des principes de La Charte du Monde Libre est, selon nous, la première étape cruciale par laquelle l’humanité doit passer maintenant pour se protéger et pour assurer sa préservation ainsi que celle de notre planète.

Qu’est-ce qui ne va pas dans le monde ?

En un mot : l’argent. Notre système de change monétaire privilégie la stabilité financière et la croissance sur la survie et le progrès. Si auparavant il fut utile, l’argent est désormais devenu incompatible avec la vie même et crée bien plus de problèmes qu’il n’en résout. On peut classer ces problèmes en quatre grandes catégories :

1. Inégalité et Injustice

  
Dans le monde actuel, une poignée de gens ont énormément de richesses, d’influence et de liberté, alors que la vaste majorité est accablée par des dettes, le travail et la pauvreté ; avec peu ou aucune influence dans les affaires mondiales. Ce déséquilibre est clairement injuste et ne peut plus être accepté comme étant normal.

Chaque année, des millions de personnes naissent dans une situation de pauvreté et de famine, bien que l’on dispose des ressources et technologies nécessaires pour nourrir et offrir un toit à chacun.

La fabrication de biens superflus favorise une insatiable consommation de ressources naturelles limitées comme le pétrole, le cuivre, l’or, etc. Comme ces ressources ne se trouvent que dans certains pays, l’exploitation ou les conflits transfrontaliers sont inévitables.

Certaines régions du monde souffrent de conditions climatiques extrêmes et manquent de terres arables ou d’eau potable, et sont pourtant largement oubliées par les pays plus riches car elles n’apportent pas de valeur à l’économie mondiale.

Par définition, l’argent crée des inégalités et des injustices.

2. Gaspillage et Pollution

  
Les fabricants doivent assurer une rotation constante de produits pour être rentables. La fabrication de produits vraiment durables n’a aucun intérêt financier. On optimise la trésorerie en produisant des biens jetables qui devront être remplacés – malgré le gaspillage des ressources naturelles et la pollution engendrés.

Chaque année, grâce à d’astucieuses publicités, de nombreuses entreprises dépensent des sommes astronomiques pour créer un marché pour des produits inutiles et générateurs de gaspillages. Cela crée une culture de consumérisme et une illusion de croissance « illimitée » qui n’est ni réaliste ni pérenne et doit tout simplement cesser un jour ou l’autre.

Nous savons que le pétrole est un polluant toxique qui produit du dioxyde de carbone, mais nous continuons à l’utiliser car il est bon marché, et ce malgré l’existence d’énergies propres et renouvelables en abondance autour de nous.

Les arbres, générateurs d’oxygène, sont abattus pour leur bois de façon totalement irresponsable, tandis que chaque année, les avions émettent des millions de tonnes de gaz toxiques dans notre atmosphère.

Notre non respect de la Nature nous empoisonne et nous asphyxie, lentement mais sûrement.

3. Dette et Chômage

  
A l’heure actuelle, la quasi totalité des pays sont si lourdement endettés que les gouvernements sont désormais contraints d’emprunter plus, de dépenser moins, ou de faire marcher la planche à billets pour honorer leurs budgets. Aucune de ces méthodes n’est durable d’un point de vue réaliste.

L’utilisation de la planche à billets entraîne une dévaluation de la monnaie, c’est à dire une baisse du pouvoir d’achat. De plus, comme elle intègre l’économie sous forme de dette, elle est soumise à des intérêts. Comme l’argent servant à payer ces intérêts n’existe même pas, il exige au final un endettement supplémentaire – et davantage d’intérêts !

Les réductions des dépenses publiques sont au bout du compte synonymes de suppressions d’emplois, aggravant le chômage. Les sociétés privées remplacent continuellement le personnel par des machines capables de travailler plus vite et à moindre coût, afin d’augmenter leur productivité et leurs bénéfices.

L’emploi rémunéré est l’oxygène du système monétaire. Sans lui, la dette ne fait qu’augmenter. Ce cycle chômage – dette va se terminer par un effondrement monétaire global.

4. Obstacles au progrès

  
Le progrès humain est freiné par les coûts. La recherche pure et les efforts scientifiques sont soit sous-financés, soit négligés sauf s’ils sont rentables.

Les professionnels qualifiés ou talentueux sont appâtés par de généreux salaires pour développer des biens de consommation rentables mais source de gaspillage. Et inversement, beaucoup de personnes à fort potentiel n’ont pas accès à une éducation adéquate ou au financement de leur travail.

Les nouvelles inventions sont embourbées dans le droit des brevets qui empêche d’autres inventeurs d’apporter des développements ou améliorations, et mettent parfois des années à être accessibles au public. De nombreux brevets utiles demeurent inconnus par manque de financement ou à cause d’une stratégie commerciale délibérée.

Les entreprises essaient de protéger leurs marques et bénéfices futurs en concevant intentionnellement des produits incompatibles avec d’autres marques ou technologies, créant des doublons superflus de produits, frustrant les utilisateurs finaux.

L’argent n’est pas une barrière au progrès dans un monde qui en est dépourvu.

***** 

Voici quelques raisons pour lesquelles l’argent – que nous avons créé – est devenu un obstacle majeur à notre survie et à notre progrès. Si on examine notre société et notre culture moderne du point de vue de la Nature, on constate rapidement à quel point nous nous sommes détachés et déconnectés des éléments indispensables à notre existence.

Nous ne pouvons ignorer notre propre nature et notre biologie.

A qui la faute ?

Il importe de reconnaître que ces problèmes ne sont en fait imputables à personne. Le système que nous utilisons pour faire fonctionner notre société s’est simplement développé et établi au fil du temps. Attribuer la faute, même si cela semble justifié, est inutile et ne fait qu’attiser l’hostilité.

Nombreux sont ceux qui font des reproches aux banques, aux entreprises, aux gouvernements ou encore aux personnes qui y travaillent. Or il s’agit simplement de gens ordinaires réagissant à une situation de pénurie – en occurrence la pénurie d’argent.

L’avidité est une réponse élémentaire de l’homme face à la pénurie. Si quelque chose dont on a besoin pour vivre devient rare, on en veut instinctivement autant que possible, pour assurer sa survie. En éliminant les pénuries, on peut éliminer l’avidité.

Sous pression

« Nous devons nous affranchir de nos limites imaginaires. »

Nous avons fini par nous méfier de notre propre comportement naturel en raison des règles contradictoires et des pressions auxquelles nous nous sommes soumis.

Les médias font la promotion de modes de vie inatteignables et hédonistes, tandis que les religions enseignent la modération et l’ascétisme. Les entreprises dépensent des millions pour rendre plus séduisants les aliments sucrés et gras, alors que les médecins font la prévention de l’obésité. Les gouvernements annoncent des réductions de dépenses publiques tout en renflouant les grosses entreprises. Nous sommes bombardés de toutes parts de publicités nous invitant à acheter des produits que nous ne pouvons nous permettre d’acquérir. La société dans son ensemble est déroutante et pleine de contradictions.

La criminalité augmente – non pas parce que plus de gens sont mauvais – mais parce que les conditions de vie se détériorent, l’emploi décline et chacun doit rivaliser avec les autres pour survivre.

N’oublions pas qu’un être humain reste un animal – bien que très avancé – et, à ce titre, il peut se rebeller s’il se retrouve maltraité, acculé ou dérouté.

Nous n’avons plus à nous infliger cela.

Il est temps que nous libérions l’être humain de ces méthodes et idéologies dépassées et que nous nous concentrons sur notre objectif commun de survie, de progrès et de liberté.

Nous devons nous affranchir de nos limites imaginaires.

Ce que la Charte peut nous apporter

La Charte du Monde Libre expose dix déclarations de base en résonance avec la Nature, le bon sens commun, l’équité et le développement durable. Ces dix principes directeurs constituent par essence nos exigences minimales pour la survie et le progrès.

« Dès que les gens réaliseront qu’une société sans argent peut fonctionner, nous deviendrons naturellement plus positifs dans nos actions, plus collaboratifs, empathiques et productifs. »

Nos systèmes actuels de divisions monétaires, sociales, idéologiques et géographiques sont imaginaires et ne fonctionnent de toute évidence pas pour notre planète. Les principes de la Charte, solidement ancrés dans la Nature, les feraient disparaître en observant simplement quelques règles simples de respect mutuel et de respect pour notre planète.

Si nous pouvons aller au-delà de nos méthodes dépassées en prenant des décisions basées sur la spéculation et le diktat, et si nous éliminons nos barrières imaginaires, nous constaterons que les seuls problèmes auxquels nous sommes confrontés sont d’ordre technique, à savoir : comment pourvoir aux nécessités de chacun/e tout en utilisant notre planète de manière optimale ? C’est seulement en nous libérant d’idéologies et de méthodes conflictuelles que nous pourrons véritablement résoudre ce problème.

Nos technologies ont désormais atteint un stade où nous pouvons confortablement satisfaire les nécessités de chacun sans avoir à travailler dur. Nous automatiserons ce que nous pouvons automatiser. Nous n’avons pas besoin d’argent pour construire des machines, il nous suffit de les construire. Les tâches qui ne peuvent être automatisées peuvent être accomplies par rotation par des gens qui seraient plus qu’heureux de consacrer une petite part de leur temps à une communauté qui les soutient.

L’utilisation de toute chose sera déclarée gratuite, dans le respect des limites naturelles et techniques et du bien commun. Ces enseignements passeront d’abord par l’éducation et ultimement par un consensus.

Dès que les gens réaliseront qu’une société sans argent peut fonctionner, nous deviendrons naturellement plus positifs dans nos actions, plus collaboratifs, empathiques et productifs.

Mise en oeuvre de la Charte

La première étape de la mise en oeuvre de la Charte est la promotion et la sensibilisation.

Ces principes ne peuvent être adoptés que s’ils sont consultés, compris et soutenus par un nombre suffisant de personnes. Si une masse critique consulte la Charte et l’accepte comme la prochaine étape logique de l’évolution de l’Homme, les changements interviendront automatiquement. Les politiciens et personnes influentes n’auront pas d’autre choix que de respecter la volonté du peuple.

Dès que cela se produira, la sensibilisation aux principes, à la Nature et à la vie en communauté devra être déployée pour nous permettre de véritablement nous comprendre, comprendre notre communauté et notre environnement.

« L’éducation jouera un rôle clé dans l’établissement d’une nouvelle société sans argent. »

L’éducation jouera un rôle clé dans l’établissement d’une nouvelle société sans argent.

En peu de temps, les gens se rendront compte que leur voisin n’est plus leur rival ; que ce qu’ils possèdent et utilisent a un coût environnemental ; que l’action conjointe en tant que communauté – et pas uniquement pour soi – est infiniment plus productive et gratifiante.

Il se peut que la Charte soit d’abord adoptée dans un seul pays ou groupe de pays naturellement riche en ressources et auto-suffisant (comme l’Australie et les Mers du Sud). Dès que d’autres pays verront qu’elle fonctionne, ils ne tarderont pas à suivre.

Entre temps, il se peut qu’une disposition spéciale pour le statut « sans argent » des pays pionniers soit appliquée par un organe comme l’ONU, afin de maintenir et protéger les frontières de ces « zones libres et gratuites » jusqu’à ce que cela ne soit plus nécessaire.

Ceci n’est qu’un exemple de mode d’application de la Charte. Si bien d’autres sont évidemment possibles, l’important est qu’elle soit appliquée dès qu’un nombre suffisant de personnes le souhaitent.

Qui a rédigé la Charte ?

  
Il serait inexact et particulièrement injuste d’attribuer ce document à une seule personne ou un seul groupe. Comme pour tout document philosophique ou politique, les contributeurs sont innombrables car les idées de l’un sont modifiées et améliorées au fil du temps.

Le texte de la Charte a été écrit par Colin Turner, compositeur et producteur de Dublin, en Irlande, mais nombre de concepts sous-jacents ont initialement été inspirés par le « Projet Venus » de Jacques Fresco et la série de films « Zeitgeist » de Peter Joseph – des visionnaires qui attribueraient aussi sans doute leur inspiration à d’autres influences historiques.

L’important est que cela constitue logiquement la prochaine étape du progrès de l’humanité, qui assure le mieux notre survie et celle de nos compagnons sur Terre. Tenant compte de cela, la Charte est écrite de manière autonome à tous égards et objets.

Le futur proche

Nous nous trouvons à un moment des plus intéressants de l’Histoire. Une grande ère de changement se profile, mais les choses peuvent se détériorer avant de s’améliorer car nombreux sont ceux qui luttent pour la préservation de l’ancien système. En signant et en soutenant la Charte vous pouvez contribuer à accélérer l’arrivée de ces changements, de façon plus pacifique et sans souffrance inutile.

L’idée de la Charte est simple. Notre actuel système est compliqué et s’en défaire risque de prendre du temps. Cette initiative implique de faire preuve de patience, elle est conçue pour progresser lentement mais sûrement vers une seule direction – vers la liberté, l’abondance et la durabilité véritables.

Merci de traiter cette initiative avec la plus grande attention.

Lire et signer la Charte : http://www.freeworldcharter.org/fr/charter

Stopper la montée de l’insignifiance, par Cornelius Castoriadis (Le Monde diplomatique, août 1998)

Un intéressant point de vue des stratégies comportementales actuelles de l’espèce humaine.

.
http://www.monde-diplomatique.fr/1998/08/CASTORIADIS/3964

Stopper la montée de l’insignifiance

Il manque la voix de Cornelius Castoriadis, ce dissident essentiel, en ces temps de « non-pensée ». Il n’a pas sombré dans le renoncement esthète, ni dans le cynisme ni dans cette apathie repue qui dit : « Tout se vaut, tout est vu, tout est vain. » Il dénonce une élite politique réduite à appliquer l’intégrisme néolibéral, mais souligne aussi la responsabilité du « citoyen » que la précarité désengage de l’activité civique. Silencieusement, s’est mise en place cette formidable régression : une non-pensée produisant cette non-société, ce racisme social. Jusqu’au bout Castoriadis a recherché une radicalité : « Je suis un révolutionnaire favorable à des changements radicaux, disait-il quelques semaines avant sa mort. Je ne pense pas que l’on puisse faire marcher d’une manière libre, égalitaire et juste le système français capitaliste tel qu’il est. »

par Cornelius Castoriadis, août 1998

Ce qui caractérise le monde contemporain ce sont, bien sûr, les crises, les contradictions, les oppositions, les fractures, mais ce qui me frappe surtout, c’est l’insignifiance. Prenons la querelle entre la droite et la gauche. Elle a perdu son sens. Les uns et les autres disent la même chose. Depuis 1983, les socialistes français ont fait une politique, puis M. Balladur a fait la même politique; les socialistes sont revenus, ils ont fait, avec Pierre Bérégovoy, la même politique; M. Balladur est revenu, il a fait la même politique; M. Chirac a gagné l’élection de 1995 en disant : «Je vais faire autre chose» et il a fait la même politique.

Les responsables politiques sont impuissants. La seule chose qu’ils peuvent faire, c’est suivre le courant, c’est-à-dire appliquer la politique ultralibérale à la mode. Les socialistes n’ont pas fait autre chose, une fois revenus au pouvoir. Ce ne sont pas des politiques, mais des politiciens au sens de micropoliticiens. Des gens qui chassent les suffrages par n’importe quel moyen. Ils n’ont aucun programme. Leur but est de rester au pouvoir ou de revenir au pouvoir, et pour cela ils sont capables de tout.

Il y a un lien intrinsèque entre cette espèce de nullité de la politique, ce devenir nul de la politique et cette insignifiance dans les autres domaines, dans les arts, dans la philosophie ou dans la littérature. C’est cela l’esprit du temps. Tout conspire à étendre l’insignifiance.

La politique est un métier bizarre. Parce qu’elle présuppose deux capacités qui n’ont aucun rapport intrinsèque. La première, c’est d’accéder au pouvoir. Si on n’accède pas au pouvoir, on peut avoir les meilleures idées du monde, cela ne sert à rien; ce qui implique donc un art de l’accession au pouvoir. La seconde capacité, c’est, une fois qu’on est au pouvoir, de savoir gouverner.

Rien ne garantit que quelqu’un qui sache gouverner sache pour autant accéder au pouvoir. Dans la monarchie absolue, pour accéder au pouvoir il fallait flatter le roi, être dans les bonnes grâces de Mme de Pompadour. Aujourd’hui dans notre «pseudo- démocratie», accéder au pouvoir signifie être télégénique, flairer l’opinion publique.

Je dis «pseudo-démocratie» parce que j’ai toujours pensé que la démocratie dite représentative n’est pas une vraie démocratie. Jean-Jacques Rousseau le disait déjà : les Anglais croient qu’ils sont libres parce qu’ils élisent des représentants tous les cinq ans, mais ils sont libres un jour pendant cinq ans, le jour de l’élection, c’est tout. Non pas que l’élection soit pipée, non pas qu’on triche dans les urnes. Elle est pipée parce que les options sont définies d’avance. Personne n’a demandé au peuple sur quoi il veut voter. On lui dit : «Votez pour ou contre Maastricht». Mais qui a fait Maastricht? Ce n’est pas le peuple qui a élaboré ce traité.

Il y a la merveilleuse phrase d’Aristote : «Qui est citoyen? Est citoyen quelqu’un qui est capable de gouverner et d’être gouverné.» Il y a des millions de citoyens en France. Pourquoi ne seraient-ils pas capables de gouverner? Parce que toute la vie politique vise précisément à le leur désapprendre, à les convaincre qu’il y a des experts à qui il faut confier les affaires. Il y a donc une contre-éducation politique. Alors que les gens devraient s’habituer à exercer toutes sortes de responsabilités et à prendre des initiatives, ils s’habituent à suivre ou à voter pour des options que d’autres leur présentent. Et comme les gens sont loin d’être idiots, le résultat, c’est qu’ils y croient de moins en moins et qu’ils deviennent cyniques.

Dans les sociétés modernes, depuis les révolutions américaine (1776) et française (1789) jusqu’à la seconde guerre mondiale (1945) environ, il y avait un conflit social et politique vivant. Les gens s’opposaient, manifestaient pour des causes politiques. Les ouvriers faisaient grève, et pas toujours pour de petits intérêts corporatistes. Il y avait de grandes questions qui concernaient tous les salariés. Ces luttes ont marqué ces deux derniers siècles.

On observe un recul de l’activité des gens. C’est un cercle vicieux. Plus les gens se retirent de l’activité, plus quelques bureaucrates, politiciens, soi-disant responsables, prennent le pas. Ils ont une bonne justification : «Je prends l’initiative parce que les gens ne font rien.» Et plus ils dominent, plus les gens se disent : «C’est pas la peine de s’en mêler, il y en a assez qui s’en occupent, et puis, de toute façon, on n’y peut rien.»

La seconde raison, liée à la première, c’est la dissolution des grandes idéologies politiques, soit révolutionnaires, soit réformistes, qui voulaient vraiment changer des choses dans la société. Pour mille et une raisons, ces idéologies ont été déconsidérées, ont cessé de correspondre aux aspirations, à la situation de la société, à l’expérience historique. Il y a eu cet énorme événement qu’est l’effondrement de l’URSS en 1991 et du communisme. Une seule personne, parmi les politiciens – pour ne pas dire les politicards – de gauche, a-t-elle vraiment réfléchi sur ce qui s’est passé? Pourquoi cela s’est- il passé et qui en a, comme on dit bêtement, tiré des leçons? Alors qu’une évolution de ce type, d’abord dans sa première phase – l’accession à la monstruosité, le totalitarisme, le Goulag, etc. – et ensuite dans l’effondrement, méritait une réflexion très approfondie et une conclusion sur ce qu’un mouvement qui veut changer la société peut faire, doit faire, ne doit pas faire, ne peut pas faire. Rien!

Et que font beaucoup d’intellectuels? Ils ont ressorti le libéralisme pur et dur du début du XIXe siècle, qu’on avait combattu pendant cent cinquante ans, et qui aurait conduit la société à la catastrophe. Parce que, finalement, le vieux Marx n’avait pas entièrement tort. Si le capitalisme avait été laissé à lui-même, il se serait effondré cent fois. Il y aurait eu une crise de surproduction tous les ans. Pourquoi ne s’est-il pas effondré? Parce que les travailleurs ont lutté, ont imposé des augmentations de salaire, ont créé d’énormes marchés de consommation interne. Ils ont imposé des réductions du temps de travail, ce qui a absorbé tout le chômage technologique. On s’étonne maintenant qu’il y ait du chômage. Mais depuis 1940 le temps de travail n’a pas diminué.

Les libéraux nous disent : «Il faut faire confiance au marché.» Mais les économistes académiques eux-mêmes ont réfuté cela dès les années 30. Ces économistes n’étaient pas des révolutionnaires, ni des marxistes! Ils ont montré que tout ce que racontent les libéraux sur les vertus du marché, qui garantirait la meilleure allocation possible des ressources, la distribution des revenus la plus équitable, ce sont des aberrations! Tout cela a été démontré. Mais il y a cette grande offensive économico- politique des couches gouvernantes et dominantes qu’on peut symboliser par les noms de M. Reagan et de Mme Thatcher, et même de François Mitterrand! Il a dit : «Bon, vous avez assez rigolé. Maintenant, on va vous licencier», on va éliminer la «mauvaise graisse», comme avait dit M. Juppé! «Et puis vous verrez que le marché, à la longue, vous garantit le bien-être.» A la longue. En attendant, il y a 12,5% de chômage officiel en France!

La crise n’est pas une fatalité

On a parlé d’une sorte de terrorisme de la pensée unique, c’est-à-dire une non-pensée. Elle est unique en ce sens qu’elle est la première pensée qui soit une non-pensée intégrale. Pensée unique libérale à laquelle nul n’ose s’opposer. Qu’était l’idéologie libérale à sa grande époque? Vers 1850, c’était une grande idéologie parce qu’on croyait au progrès. Ces libéraux-là pensaient qu’avec le progrès il y aurait élévation du bien-être économique. Même quand on ne s’enrichissait pas, dans les classes exploitées, on allait vers moins de travail, vers des travaux moins pénibles : c’était le grand thème de l’époque. Benjamin Constant le dit : «Les ouvriers ne peuvent pas voter parce qu’ils sont abrutis par l’industrie [il le dit carrément, les gens étaient honnêtes à l’époque !], donc il faut un suffrage censitaire.»

Par la suite, le temps de travail a diminué, il y a eu l’alphabétisation, l’éducation, des espèces de Lumières qui ne sont plus les Lumières subversives du XVIIIe siècle mais des Lumières qui se diffusent tout de même dans la société. La science se développe, l’humanité s’humanise, les sociétés se civilisent et petit à petit on arrivera à une société où il n’y aura pratiquement plus d’exploitation, où cette démocratie représentative tendra à devenir une vraie démocratie.

Mais cela n’a pas marché! Donc les gens ne croient plus à cette idée. Aujourd’hui ce qui domine, c’est la résignation; même chez les représentants du libéralisme. Quel est le grand argument, en ce moment? «C’est peut-être mauvais mais l’autre terme de l’alternative était pire.» Et c’est vrai que cela a glacé pas mal les gens. Ils se disent : «Si on bouge trop, on va vers un nouveau Goulag.» Voilà ce qu’il y a derrière cet épuisement idéologique et on n’en sortira que si vraiment il y a une résurgence d’une critique puissante du système. Et une renaissance de l’activité des gens, d’une participation des gens.

Çà et là, on commence quand même à comprendre que la «crise» n’est pas une fatalité de la modernité à laquelle il faudrait se soumettre, «s’adapter» sous peine d’archaïsme. On sent frémir un regain d’activité civique. Alors se pose le problème du rôle des citoyens et de la compétence de chacun pour exercer les droits et les devoirs démocratiques dans le but – douce et belle utopie – de sortir du conformisme généralisé.

Pour en sortir, faut-il s’inspirer de la démocratie athénienne? Qui élisait-on à Athènes? On n’élisait pas les magistrats. Ils étaient désignés par tirage au sort ou par rotation. Pour Aristote, souvenez-vous, un citoyen, c’est celui qui est capable de gouverner et d’être gouverné. Tout le monde est capable de gouverner, donc on tire au sort. La politique n’est pas une affaire de spécialiste. Il n’y a pas de science de la politique. Il y a une opinion, la doxa des Grecs, il n’y a pas d’épistémè (1).

L’idée selon laquelle il n’y a pas de spécialiste de la politique et que les opinions se valent est la seule justification raisonnable du principe majoritaire. Donc, chez les Grecs, le peuple décide et les magistrats sont tirés au sort ou désignés par rotation. Pour les activités spécialisées – construction des chantiers navals, des temples, conduite de la guerre -, il faut des spécialistes. Ceux-là, on les élit. C’est cela, l’élection. Election veut dire «choix des meilleurs». Là intervient l’éducation du peuple. On fait une première élection, on se trompe, on constate que, par exemple, Périclès est un déplorable stratège, eh bien on ne le réélit pas ou on le révoque.

Mais il faut que la doxa soit cultivée. Et comment une doxa concernant le gouvernement peut-elle être cultivée? En gouvernant. Donc la démocratie – c’est important – est une affaire d’éducation des citoyens, ce qui n’existe pas du tout aujourd’hui.

«Se reposer ou être libre»

Récemment, un magazine a publié une statistique indiquant que 60% des députés, en France, avouent ne rien comprendre à l’économie. Des députés qui décident tout le temps! En vérité, ces députés, comme les ministres, sont asservis à leurs techniciens. Ils ont leurs experts, mais ils ont aussi des préjugés ou des préférences. Si vous suivez de près le fonctionnement d’un gouvernement, d’une grande bureaucratie, vous voyez que ceux qui dirigent se fient aux experts, mais choisissent parmi eux ceux qui partagent leurs opinions. C’est un jeu complètement stupide et c’est ainsi que nous sommes gouvernés.

Les institutions actuelles repoussent, éloignent, dissuadent les gens de participer aux affaires. Alors que la meilleure éducation en politique, c’est la participation active, ce qui implique une transformation des institutions qui permette et incite à cette participation.

L’éducation devrait être beaucoup plus axée vers la chose commune. Il faudrait comprendre les mécanismes de l’économie, de la société, de la politique, etc. Les enfants s’ennuient en apprenant l’histoire alors que c’est passionnant. Il faudrait enseigner une véritable anatomie de la société contemporaine, comment elle est, comment elle fonctionne. Apprendre à se défendre des croyances, des idéologies.

Aristote a dit : «L’homme est un animal qui désire le savoir.» C’est faux. L’homme est un animal qui désire la croyance, qui désire la certitude d’une croyance, d’où l’emprise des religions, des idéologies politiques. Dans le mouvement ouvrier, au départ, il y avait une attitude très critique. Prenez le deuxième couplet de L’Internationale, le chant de la Commune : «Il n’est pas de Sauveur suprême, ni Dieu – exit la religion – ni César, ni tribun» – exit Lénine!

Aujourd’hui, même si une frange cherche toujours la foi, les gens sont devenus beaucoup plus critiques. C’est très important. La scientologie, les sectes, ou le fondamentalisme, c’est dans d’autres pays, pas chez nous, pas tellement. Les gens sont devenus beaucoup plus sceptiques. Ce qui les inhibe aussi pour agir.

Périclès dans le discours aux Athéniens dit : «Nous sommes les seuls chez qui la réflexion n’inhibe pas l’action.» C’est admirable! Il ajoute : «Les autres, ou bien ils ne réfléchissent pas et ils sont téméraires, ils commettent des absurdités, ou bien, en réfléchissant, ils arrivent à ne rien faire parce qu’ils se disent, il y a le discours et il y a le discours contraire.» Actuellement, on traverse une phase d’inhibition, c’est sûr. Chat échaudé craint l’eau froide. Il ne faut pas de grands discours, il faut des discours vrais.

De toute façon il y a un irréductible désir. Si vous prenez les sociétés archaïques ou les sociétés traditionnelles, il n’y a pas un irréductible désir, un désir tel qu’il est transformé par la socialisation. Ces sociétés sont des sociétés de répétition. On dit par exemple : «Tu prendras une femme dans tel clan ou dans telle famille. Tu auras une femme dans ta vie. Si tu en as deux, ou deux hommes, ce sera en cachette, ce sera une transgression. Tu auras un statut social, ce sera ça et pas autre chose.»

Or, aujourd’hui, il y a une libération dans tous les sens du terme par rapport aux contraintes de la socialisation des individus. On est entré dans une époque d’illimitation dans tous les domaines, et c’est en cela que nous avons le désir d’infini. Cette libération est en un sens une grande conquête. Il n’est pas question de revenir aux sociétés de répétition. Mais il faut aussi – et c’est un très grand thème – apprendre à s’autolimiter, individuellement et collectivement. La société capitaliste est une société qui court à l’abîme, à tous points de vue, car elle ne sait pas s’autolimiter. Et une société vraiment libre, une société autonome, doit savoir s’autolimiter, savoir qu’il y a des choses qu’on ne peut pas faire ou qu’il ne faut même pas essayer de faire ou qu’il ne faut pas désirer.

Nous vivons sur cette planète que nous sommes en train de détruire, et quand je prononce cette phrase je songe aux merveilles, je pense à la mer Egée, je pense aux montagnes enneigées, je pense à la vue du Pacifique depuis un coin d’Australie, je pense à Bali, aux Indes, à la campagne française qu’on est en train de désertifier. Autant de merveilles en voie de démolition. Je pense que nous devrions être les jardiniers de cette planète. Il faudrait la cultiver. La cultiver comme elle est et pour elle-même. Et trouver notre vie, notre place relativement à cela. Voilà une énorme tâche. Et cela pourrait absorber une grande partie des loisirs des gens, libérés d’un travail stupide, productif, répétitif, etc. Or cela est très loin non seulement du système actuel mais de l’imagination dominante actuelle. L’imaginaire de notre époque, c’est celui de l’expansion illimitée, c’est l’accumulation de la camelote – une télé dans chaque chambre, un micro-ordinateur dans chaque chambre -, c’est cela qu’il faut détruire. Le système s’appuie sur cet imaginaire- là.

La liberté, c’est très difficile. Parce qu’il est très facile de se laisser aller. L’homme est un animal paresseux. Il y a une phrase merveilleuse de Thucydide : «Il faut choisir : se reposer ou être libre.» Et Périclès dit aux Athéniens : «Si vous voulez être libres, il faut travailler.» Vous ne pouvez pas vous reposer. Vous ne pouvez pas vous asseoir devant la télé. Vous n’êtes pas libres quand vous êtes devant la télé. Vous croyez être libres en zappant comme un imbécile, vous n’êtes pas libres, c’est une fausse liberté. La liberté, c’est l’activité. Et la liberté, c’est une activité qui en même temps s’autolimite, c’est- à-dire sait qu’elle peut tout faire mais qu’elle ne doit pas tout faire. C’est cela le grand problème de la démocratie et de l’individualisme.

Les idéologies sont des dictatures cognitives

Voici une très juste affirmation depuis longtemps confirmée par l’IRASD lors de ses observations des stratégies comportementales psycho sociales de l’espèce humaine.

Affirmation qui s’applique globalement à toute forme de concentration idéologique parce qu’elle induit chez l’humain de la corruption idéologique responsable de prise de position orientée agissant comme un ensemble figé de paramètres nuisibles à tout processus cognitif neutre et objectif.

Ces stratégies comportementales erronées empêchent le déroulement normal du processus d’observation, d’analyse et de documentation des faits et déforment la perception humaine de la réalité en entraînant de mauvaises décisions ou des choix erronés.

Paradoxalement, les religions en font partie, au même titre que les partis politiques ou tout autre forme d’idéologie!

Le processus cognitif humain est théoriquement suffisamment évolué du point de vue génétique, s’il utilise la somme des connaissances scientifiques de l’espèce, pour la rendre « capable » d’observer et analyser des problématiques complexe et d’élaborer des solutions sans avoir besoin de s’appuyer sur des idéologies déformant le processus en l’orientant dans des directions qui ne sont plus neutres ni objectives et qui aboutissent irrémédiablement à des décisions erronées aux conséquences graves.

Les idéologies contribuent donc grandement à l’influence cognitive et psychologique des concepts et fonctionnements de l’environnement social qui induisent des stratégies comportementales décisionnelles erronées mettant à risque la pérennité de la civilisation humaine et sa capacité de survie!

.
http://quebec.huffingtonpost.ca/2015/07/11/pape-francois-ideologies-_n_7777500.html

Les idéologies «se terminent toujours en dictatures», prévient le pape François

Le pape François a mis en garde samedi à Asuncion contre les idéologies, estimant qu’elles aboutissaient souvent à des régimes autoritaires méprisant le peuple.

« Les idéologies se terminent mal. Elles ne tiennent pas compte du peuple, regardez ce qu’il est advenu des idéologies au siècle dernier, (elles ont fini) en dictatures, toujours », a déclaré le souverain pontife dans un discours devant des représentants de la société civile dans lequel il prônait le dialogue.

Il faut se méfier des idéologies « qui pensent pour le peuple, sans laisser penser le peuple », a-t-il ajouté

Si nous ne changeons pas notre mode de vie, une étude prévoit la fin de l’humanité en 2040 – SudOuest.fr

http://www.sudouest.fr/2015/06/30/si-nous-ne-changeons-pas-notre-mode-de-vie-une-etude-prevoit-la-fin-de-l-humanite-en-2040-1978349-708.php

Si nous ne changeons pas notre mode de vie, une étude prévoit la fin de l’humanité en 2040

Si nous ne changeons pas notre mode de vie, une étude prévoit la fin de l'humanité en 2040

Pourra-t-on continuer longtemps à vivre comme aujourd’hui ? Une équipe du Global Sustainability Institute, en Grande-Bretagne affirme que non. En se basant sur un modèle scientifique de développement, ils prédisent que si les hommes ne font pas évoluer leurs habitudes et leurs modes de vie, nos sociétés devraient logiquement s’effondrer. L’échéance a de quoi inquiéter : 2040, soit d’ici seulement 25 ans.

En cause ? La production de nourriture. Le modèle des chercheurs est basée sur une étude publiée cette année et qui alerte sur les besoins croissants de la population mondiale, ainsi que sur les difficultés qui nous attendent pour les combler. Le document en question précise :

Le système alimentaire mondial fait face à une pression chronique pour répondre à une demande sans cesse croissante. Sa vulnérabilité est aggravée par des facteurs tels que le changement climatique, le stress hydrique, la mondialisation en cours et qui accroît l’instabilité politique.

Des besoins toujours plus grands

La FAO, rattachée à l’ONU et qui se penche sur les questions d’agriculture, prévoit que d’ici 2050 la demande en nourriture va au minimum doubler nous rappelle The Independant. La croissance démographique, ce que soit en Asie ou en Afrique, ainsi que les changements dans les habitudes de consommation ne vont pas faciliter les choses. Le développement rapide de la Chine a notamment conduit à l’émergence d’une classe moyenne dans le pays. Celle-ci adopte certains codes de nos sociétés occidentales, notamment culinaires. La Chine consomme ainsi des quantités de plus en plus importantes de viande de bœuf, qui requiert d’énormes quantités d’eau pour être produites. Un mode de vie beaucoup plus néfaste pour l’environnement que celui, plus traditionnel, qui a longtemps prévalu dans le pays.

Nous pouvons craindre une recrudescences des conflits liés à la nourritures, accentués par des phénomènes météorologiques. Une sécheresse excessives, des inondations, des orages violents… Autant d’aléas qui pourraient devenir plus fréquents avec le dérèglement du climat et qui seraient dangereux pour l’agriculture.

Que faire ? Le modèle de développement retenu est alarmiste et prévoit l’écroulement de nos société d’ici seulement 25 ans, mais il ne prend pas en compte une éventuelle évolution de nos modes de vie. Une réduction des gaz à effets de serre pourrait ainsi diminuer le réchauffement climatique. Il est aussi possible de réduire nos besoins en eau et de modifier nos habitudes alimentaires.

Comme le rappelait Slate, nous serons sans doute contraints un jour de remplacer les steaks par des insectes !

Pour seulement deux kilos de végétaux, on peut produire un kilo d’insectes, alors qu’il en faut huit pour produire un kilo de viande de bœuf.

Une étude prévoit la fin de la civilisation humaine pour 2040

http://www.bfmtv.com/planete/une-etude-prevoit-la-fin-de-la-civilisation-humaine-pour-2040-899060.html

Une étude prévoit la fin de la civilisation humaine pour 2040

Dans la littérature comme au cinéma, le futur de l’Homme est rarement optimiste. Des guerres pour se nourrir et s’hydrater, les inégalités qui explosent, et finalement l’effondrement des sociétés… Une étude dirigée par l’université Anglia Ruskin dépeint ce tableau pour l’humanité. Et la fin du monde surviendrait même à l’horizon 2040, comme l’explique la revue Insurge Intelligence. Une perspective alarmante mais évitable. A condition de changer nos habitudes.

Changement climatique et réaction en chaîne

Ces nouveaux modèles scientifiques, développés par l’université et soutenus par des composantes du gouvernement britannique, dont le ministère de l’Agriculture, tablent sur un phénomène de réaction en chaîne causée par l’Homme et son environnement en mutation.

L’entreprise anglaise Lloyd’s, spécialisée en conseil pour les assureurs et partenaire du fond de soutien au travail de l’établissement, est même allée plus loin en proposant un rapport à ses clients sur les risques de l’effondrement des sociétés -et donc de leurs revenus- après un choc accusé par le système alimentaire mondial.

Selon ces projections, il suffirait de trois catastrophes climatiques pour conduire à la réduction de la production et l’augmentation des prix, ce qui cristalliseraient des tensions à travers le monde et déstabiliseraient les gouvernements. « Des émeutes de la faim éclatent dans des zones urbaines au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Amérique Latine. L’euro faiblit et les bourses européennes et américaine chutent respectivement de 10% et 5% », écrit la société.

Les gouvernements étudient les possibilités

Les rapports pessimistes fleurissent, à l’image de ces recherches de l’université de Melbourne sur les limites à la croissance, sujet déjà évoqué il y a près de quarante ans dans un célèbre livre publié par un groupe d’étudiants du MIT. Ou encore cette étude des universités américaines Stanford, Princetons et Berkeley qui annonce que la sixième extinction animale de masse est en cours. Les gouvernements se préparent au pire au niveau économique et géopolitique, en commandant des projections en tout genre sur d’éventuelles crises pouvant survenir autour du globe.

Une attitude préventive presque logique, dans un monde où l’on verrait une population à nourrir de 10 milliards d’individus d’ici à 2050, ou encore plus récemment et pour cette même décennie un climat totalement revisité rien qu’en Europe, où le vin de Bordeaux serait produit en Bretagne.

Tous ces rapports n’ont pourtant pas valeur de prophétie. Comme le précise Insurge Intelligence, ces modèles se basent sur les comportements actuels de nos sociétés, sans tenir compte d’éventuelles réactions des gouvernements et des populations pour éviter cette fin.