À propos de l’IRASD 

Il ne faut jamais s’arrêter à la première réponse tant qu’elle cache une nouvelle question.

Comprendre notre monde pour identifier ses défauts afin d’architecturer la modernisation de l’environnement social humain.


L’IRASD – Institut de recherche en architecture de société durable, a été démarré suite à l’observation de la multiplication à profusion de problèmes sociaux, environnementaux, climatiques, politiques, économiques, culturels et religieux mondialisés dans l’ensemble de la société humaine. 

Toutefois, il est primordial d’admettre qu’on ne change pas une civilisation, ni une société sans comprendre ses origines et la nature des stratégies comportementales à la base de ses fondations. Refuser cette démarche équivaudrait à laisser libre cours au processus d’adaptation comportementale humaine qui est la conséquence des dérives de l’Anthropocène.

L’évolution et l’histoire de l’humanité constituent les piliers de connaissances primordiales pour comprendre la situation actuelle de l’espèce humaine et de sa civilisation. Deux cent ans de recherches en paléontologie, paléoanthropologie, évolution, génétique, biologie, primatologie, anthropologie, psychologie sociale et autres sciences connexes permettent de constituer un tour d’horizon représentatif de l’espèce humaine.

Les deux cent dernières années de l’histoire de l’humanité correspondent aussi à la grande accélération du progrès depuis le début de l’ère industrielle. Ce progrès plus rapide que l’évolution de la capacité cognitive de l’espèce humaine a donné naissance à une nouvelle ère géologique : l’Anthropocène, caractérisée par les cicatrices que laisseront les comportements inadaptés de l’humanité dans les archives géologiques et climatiques de la planète.

L’Anthropocène est la plus paradoxale des époques. D’une part elle amène des progrès immenses, d’autre part elle engendre des conséquences extrêmes. La dichotomie entre les deux s’explique par la compréhension rationnelle du système humain avec l’intégration des connaissances cumulées par la science afin de détailler la nature et le fonctionnement des interactions entre les environnements humain, biophysique et social.

L’évolution démontre l’affiliation de l’humain avec les autres espèces et ses origines de primate. Elle permet de comprendre les fondements génétiques et biologiques des stratégies comportementales de l’homme.

L’histoire de l’humanité regorge de situations pour observer l’adaptation des stratégies comportementales humaines et leurs interactions avec les concepts et mécanismes de société en constante mutation.

L’étude détaillée de ces deux aspects primordiaux intégrés dans leur contexte avec l’apport des sciences naturelles et sociales constitue indéniablement la démarche la plus rationnelle et le moyen le plus objectif de comprendre la situation actuelle du système avec les interactions entre ses environnements humain, biophysique et social dont on observe aujourd’hui les conséquences.

Cette démarche est le cœur des recherches en Anthropocène de l’IRASD visant à décrypter la nature des impacts de l’espèce humaine sur ses environnements. Elle dévoile également toute une panoplie d’interactions comportementales complexes entre l’environnement humain, biophysique et social.

Sans cette compréhension, il devient irréaliste de modifier quoi que ce soit à l’environnement social pour corriger ou mitiger les impacts des stratégies comportementales humaines qui caractérisent l’Anthropocène sans risquer d’empirer la situation qui dégénère au rythme effréné du progrès.

Les intrications culturelles, psychosociales, biologiques et génétiques des stratégies comportementales humaines avec les concepts et mécanismes de son environnement social sont d’une telle complexité qu’il est inévitable d’envisager la nécessité d’une démarche structurée d’architecture de société afin de concevoir de nouveaux concepts et mécanismes de société qui favoriseront l’adaptation des stratégies comportementales humaines.

Telle est la démarche de l’Institut de Recherche en Architecture de Société Durable.

Rien de moins et fort probablement beaucoup plus…

***

À l’image du marketing social qui vise à inciter des individus à changer leurs comportements pour le bénéfice de la collectivité, l’architecture sociale vise à restructurer la société afin d’induire des comportements bénéfiques pour l’espèce humaine (https://irasd.wordpress.com/dossiers/larchitecture-sociale/).

Dans le contexte actuel de l’explosion démographique et de l’accélération de la croissance économique dans un monde fini aux ressources et capacités limitées, aux prises avec des changements climatiques, il importe de comprendre les problématiques et d’architecturer des solutions durables pour assurer l’avenir de la civilisation et la survie de la race humaine.

Si la mondialisation du capitalisme est un objectif pour le développement économique, l’expansion du néolibéralisme extractiviste ou de toute autre forme de modèle politique suit également le même chemin pour s’étendre mondialement et affecter l’adaptation des stratégies comportementales humaines. Il en va de même pour diverses formes de fanatisme religieux, pour le nivellement de l’éducation, pour l’homogénéisation de la culture et pour l’affaiblissement des efforts en sciences sous la pression fiscale de la croissance de l’économie monétaire. Tous ces phénomènes sont directement associés aux problèmes de nos sociétés et de la civilisation humaine.

Ces phénomènes sociaux nécessitent d’être observés et analysés afin de comprendre le contexte dans lequel ils se manifestent. L’analyse de ces phénomènes révèle qu’ils ne sont pas les problèmes, mais des symptômes engendrés par des défauts conceptuels du système social et par des interactions entre eux et les humains qui composent la société.

La mission de l’IRASD est d’observer les symptômes des problèmes sociaux et de les analyser en tenant compte de divers facteurs de l’environnement humain qui interagissent entre eux. Ces analyses, publiées sur le site, s’appuient sur des articles de presse commentés dans le contexte du développement de nos outils et de notre approche globale d’analyse et d’architecture sociale. Nos analyses peuvent être modifiées en tout temps pour corroborer des observations ou des analyses qui se recoupent.

Cette approche globale nécessite de couvrir un maximum d’aspect de l’environnement humain qui interagissent et influencent les décisions et les orientations de diverses manières. Ces aspects seront publiés dans nos dossiers.

Pendant deux ans, des travaux empiriques ont été réalisés sans méthodologie stricte par le « Conseil Consultatif Universel » (CCU). Les travaux entamés depuis 2012 par le CCU seront repris à travers l’approche méthodologique d’analyse de l’IRASD et approfondis pour consolider certaines solutions à travers la démarche d’architecture de société.

Pour joindre l’IRASD afin d’en savoir plus sur ses travaux ou pour devenir chercheur, analyste, architecte collaborateur, contactez nous à IRASD.SSARI@gmail.com.

IRASD – Institut de recherche en architecture sociale durable
SSARI – Sustainable Social Architecture Research Institute

Démocratie – Économie – Législation – Justice – Médias – Éducation – Religions – Sciences

https://irasd.wordpress.com/
IRASD.SSARI@gmail.com
@IRASD_SSARI 

Le logo de l’IRASD est constitué d’un personnage debout avec un côté bleu et un côté rouge représentant la diversité culturelle humaine et la dualité entre l’environnent humain et l’environnement social. La tête jaune représente l’intelligence et l’engrenage représente l’application de la connaissance scientifique à l’architecture sociale. La courbe verte représente l’environnement biophysique dans lequel évolue l’humanité soutenue par le développement durable.

 

cropped-onlinelogomaker-110314-1045110314-1057110314-1100110314-1112110314-1221110314-12261.png

Advertisements