Accueil » Non classé » Il est temps d’agir : 2 degrés est la limite

Il est temps d’agir : 2 degrés est la limite

L’IRASD prépare le terrain pour un virage à 180° de la civilisation afin d’éviter le pire pour la race humaine.

Vous souhaitez vous joindre à nous? Contactez nous!

.
http://unsdsn.org/climate-letter-fr/

Il est temps d’agir : 2 degrés est la limite

English | Español

2degrees

Message sur le changement climatique aux leaders mondiaux

Télécharger la lettre ici.

Le changement climatique provoqué par l’homme est un enjeu qui dépasse la politique. Il transcende les partis, les nations et même les générations. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la santé même de la planète, et par conséquent les bases requises pour le développement économique futur, la fin de la pauvreté, et le bien-être de l’homme,sont dans la balance. Si nous faisions face à une menace imminente venant d’au-delà de la Terre, il ne fait aucun doute que l’humanité s’unirait immédiatement autour d’une cause commune. Le fait que la menace vienne de l’intérieur – en effet de nous-mêmes – et qu’elle se développe sur une longue période de temps, ne change en rien l’urgence du besoin de coopération et de l’action décisive.

Le monde a convenu de limiter l’augmentation des températures moyennes de la planète à moins de 2 degrés Celsius (2°C). Même une augmentation de 2°C nous mènera vers des conditions périlleuses sans précédent, jamais vues sur la terre durant toute la périodede la civilisation humaine. Des rétroactions positives – dans l’Arctique, les océans, les forêts tropicales, et la toundra – pourraient transformer cette augmentation de 2°C en des températures et un dérèglement climatique beaucoup plus critiques. Pour cette raison, de nombreux scientifiques ainsi que certains pays préconisent une augmentation limitée à 1,5°C, voire même des objectifs encore plus ambitieux.

Renoncer à la limite de 2°C serait, d’autre part, irresponsable et insensé. Nous abandonnerions notre seule chance de maintenir un espace de fonctionnement sécurisé pour l’humanité et pour des millions d’autres espèces. Maintenir la limite des 2°C nous permettrait de conserver une option globale pour adopter une limite encore plus ambitieuse en ce qui concerne la réduction des émissions GES, en ligne avec l’évolution des connaissances scientifiques et des capacités technologiques.

L’objectif des 2°C, voire même un objectif plus ambitieux, serait réalisable moyennant des stratégies nationales à long terme et une coopération mondiale concertée. Tous les pays doivent s’engager dans un processus de décarbonisation profonde de leurs systèmes énergétiques, passant de l’énergie à haute teneur en carbone (charbon, pétrole et gaz naturel) à des énergies à faible teneur en carbone de toutes sortes (l’éolienne, le solaire, le nucléaire, la capture et stockage du carbone – CCS). L’électricité à faible émission de carbone ainsi que des gains massifs en matière d’efficacité énergétique et de l’électrification des véhicules, des systèmes de chauffage et de refroidissement pour lesbâtiments commerciaux et d’habitation, peuvent conduire à une réduction spectaculaire des émissions de CO2, en même temps que la croissance économique. Un changement dans les modes de vie et dans l’urbanisme peuvent aussi contribuer de manière importante. Les avantages de la décarbonisation liée au déploiement des technologies durables énergétiques, d’information et de communication seraient multiples, y compris un assainissement de l’air et l’eau, une biodiversité plus riche, et la sécurité des ressources énergétiques renouvelables locales. Des efforts ciblés seront également nécessaires afin de décarboniser les industries clés. Enfin, les pays doivent réduire les émissions de gaz à effet de serre issues de l’agriculture, de l’élevage et des changements d’affectation de sol, tels que la déforestation. Ils doivent aussi gérer et restaurer les écosystèmes afin d’assurer que ceux-ci servent de puits net pour des émissions GES.

La transition technologique au cours de la première moitié du 21e siècle est à portée de main, surtout à la lumière des énormes avancées en matière des connaissances constatées ces dernières années. Dans de nombreuses régions du monde et dans certains contextes, l’énergie solaire et l’énergie éolienne sont déjà à “parité réseau.” Le déploiement massif des véhicules électriques, la capture et stockage de carbone, la nouvelle génération de centrales nucléaires dans les pays qui utilisent cette énergie, et autres technologies énergétiques à faible émission de carbone sont tous à portée de main. Ils peuvent atteindre la maturité commerciale et le déploiement à grande échelle moyennant des programmes publics et privés concertés de recherche, développement, démonstration et diffusion (RDD&D) à l’échelle mondiale.

Nous avons presque épuisé le budget carbone de la Terre, qui comptabilise les émissions cumulées de CO2 pour assurer que notre planète reste dans la limite des 2°C. Seule une réduction drastique des émissions de carbone d’ici 2050, sur une trajectoire vers uneéconomie à zéro émission nette dans la seconde moitié du siècle, nous permettrait de relever le défi de rester dans la limite des 2°C. Pourtant, la décarbonisation profonde est possible. Comme l’a dit le Président John F. Kennedy il y a un demi-siècle, “Nous choisissons d’aller sur la lune dans cette décennie et de faire d’autres choses, non pas parce que ces choses sont faciles, mais parce qu’elles sont difficiles, parce que cet objectif servira à organiser et mesurer le meilleur de nos énergies et de nos compétences…”

Aujourd’hui, l’humanité doit choisir à nouveau, cette fois pour sauver notre planète de l’aveuglement, de la cupidité et de l’apathie, afin d’éviter un changement climatique catastrophique. Cette fois encore, nous devons organiser et mesurer le meilleur de nos énergies et de nos compétences pour rester dans la limite des 2°C. Nous demandons à vous les dirigeants du monde, de reconnaître la gravité de la situation, et de demander à chacun d’entre nous d’être à la hauteur des circonstances. Nous ne devons rien de moins à nous-mêmes, aux générations futures, et à la Terre elle-même.

Signataires fondateurs:

*désigne les membres du conseil de direction

Irene Agyepong, Regional Director, Health for Greater Accra*

HSC Prince Albert II, Prince Monaco*

Muskdad A. Al-Khateeb, Head, Department of Sustainable Development, Enrironment Research Center, University of Technology, Baghdad

François Anctil, Directeur, Institut Hydro-Quebec en Environnement, Développement et Société

Muhammad Hasan Ali Baig, Hyperspectral Remote Sensing Laboratory (HRS), Institute of Remote Sensing and Digital Earth (RADI)

Nirupam Bajpai, Director, Columbia Global Centers | South Asia

Belay Begashaw, Director, Columbia Global Center, Nairobi*

Frances Beinecke, President, Natural Resources Defense Council (NRDC)*

Joseph Bell, Hogan Lovells, Washington*

Abdullahi Mohammed Bello, Federal University, Kashere, Gombe-Nigeria

Alan Bernstein, President and Chief Executive Officer, Canadian Institute for Advanced Research (CIFAR)

David Berry, Founder, Joule Unlimited*

Gianluca Breghi, Managing Director, Fondazione Achille Sclavo

Carlo Carraro, Rector, Ca’ Foscari University of Venice

Joshua Castellino, Dean, Law School, University of Middlesex*

Maurizio Cellura, Full Professor, Dipartimento di Energi, Ingegneria dell’Informazione e Modelli Matematici (DEIM), University of Palermo

Madhav Chavan, Co-founder and CE-President, Pratham, India*

Brendan Cox, Director of Policy and Advocacy, Save the Children

Patrick Criqui, Head of EDDEN Research Group, CNRS-University of Grenoble

Yacine Dansokho, General Manager, Environmental Science and Metrology Institute, Senegal

Sir Partha Dasgupta, Professor Emeritus, University of Cambridge, United Kingdom

Richard Deckelbaum, Director, Institute of Human Nutrition, Columbia University

Ketut Gede Dharma Putra, Chairman, Center for Sustainable Development Udayana University of Bali

Leclère Diffo, President, Green Horizon Cameroon

Bineta Diop, President, Femmes Africa Solidarité*

Eugenio Di Sciascio, Rector, Politecnico di Bari

Achim Dobermann, Director, Rothamsted Research*

May East, Chief Executive, CIFAL Scotland

Kokunre Eghafona, Sustainable Development Desk Officer, University of Benin, Benin City, Nigeria

Üstün Ergüder, Director, SDSN Turkey

José María Figueres, CEO, Carbon War Room*

Maria Freire, President and Executive Director, Foundation for the National Institutes of Health (FNIH)*

Michael Gerrard, Professor, Columbia University Law School

Dave Griggs, Director, Monash Sustainability Institute, Monash University

Jennifer Gross, Member of the Board, Gross Family Foundation

Zakri Abdul Hamid, Chair, International Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services (IPBES)*

James Hansen, Former Director, NASA Goddard Institute for Space Studies*

Tom Heller, Executive Director, Climate Policy Initiative*

Feyera Dinsa Hundessa, Director, Academic Programs Development and Admissions, Haramaya University

Ivano Iannelli, CEO, Dubai Carbon Centre of Excellence

Pavel Kabat, Director, International Institute for Applied Systems Analysis (IIASA)*

Joan Kaufman, Director, Columbia Global Centers East Asia

Georg Kell, Executive Director, UN Global Compact

Mark Kenber, CEO, The Climate Group

Geoffrey Kent, Founder, Chairman and CEO, Abercrombie & Kent Group of Companies*

Niclas Kjellström-Matseke, Managing Director, Novamedia Swedish Postcode Lottery*

Israel Klabin, Founder and Executive Director, Brazilian Foundation for Sustainable Development*

Fred Krupp, President, Environmental Defense Fund

Felipe Larraín, Director, Centro Latinoamericano de Políticas Económicas y Sociales (CLAPES-UC)*

Richard Layard, Director. Well-Being Programme Centre for Economic Performance London School of Economics*

Frannie Léautier, Partner and Chief Executive Officer, Mkoba Private Equity Fund*

Yuan Lee, Former President, Academia Sinica and Nobel Prize Laureate*

Klaus Leisinger, President, Stiftung Globale Werte Allianz*

Corinne Le Quere, Director Tyndall Center for Climate Change Research, University of East Anglia

Gordon Liu, Director, Peking University China Center for Health Economic Research (CCHER)*

Jane Lubchenco, Oregon State University, Corvallis*

Søren Winther Lundby, Chief Executive Officer, Global Citizen

Michael MacCracken, Chief Scientist for Climate Change Programs, Climate Institute

Arun Majumdar, Energy Initiatives Lead, Google Inc*

Michael Mann, Professor and Director of the Earth System Science Center, Pennsylvania State University

Julia Marton-Lefèvre, Director General, IUCN*

Vladimir A. Mau, Rector, Russian Presidential Academy of National Economy and Public Administration*

Dirk Messner, Director, German Development Institute

Chiara Mio, Rector’s Delegate on Environmental Sustainability and University Social Responsibility, Ca’ Foscari University of Venice

Angus. D. Munro, Vice-President, Research, Development and Policy, University of Cambodia

Shahid Naeem, Director, Earth Institute Center for Environmental Sustainability*

Claude Nahon, Executive Vice President for Sustainable Development, EDF*

Sunita Narain, Director General, Centre for Science and Environment

Tolera Negassa, Teacher Development Program Coordinator, Adama Science and Technology University

Rebecca Nelson, Professor, Cornell University*

Cherie Nursalim, Executive Director, GITI Group*

Ngozi Ifeoma Odiaka, Professor, University of Agriculture Makurdi, Benue State, Nigeria

Ikenna Onyido, Founder and Director, Centre for Sustainable Development, Nnamdi Azikiwe University, Nigeria*

Mari Pangestu, Minister of Tourism and Creative Industries, Indonesia*

George Papandreou, Former Prime Minister, Greece*

Paul Polman, CEO, Unilever*

Labode Popoola, Professor, Forest Economics & Director, Centre for Sustainable Development, University of Ibadan, Ibadan

Alberto Posso, Senior Lecturer Economics, RMIT

Ketut Gede Dharma Putra, Chairman, Center for Sustainable Development, Udayana University of Bali

V (Ram) Ramanathan, Professor, SCRIPPS Institution of Oceanography, UCSD, California

Rino Rappuoli, Global Head, R&D Novartis Vaccines and President, Fondazione Achille Sclavo

Michael Raupach, Director, Climate Change Institute, Australian National University

Srinath Reddy, President and Executive Director, Public Health Foundation of India*

Irwin Redlener, Director, National Center for Disaster Preparedness, Earth Institute, Columbia University

Aromar Revi, Director, Indian Institute for Human Settlements*

Angelo Riccaboni, Rector, University of Siena, Italy*

Johan Rockström, Executive Director, Stockholm Resilience Center*

Jonathan Rose, President, Jonathan Rose Companies

Cynthia Rosenzweig, Professor, Earth Institute, Columbia University*

Angelo Antonio Russo, Director, PHD Program in Economics and Management of Natural Resources, Associate Professor of Management, LUM University

Roberto Russo, President, International Federation for Sustainable Development and Fight to Poverty in the Mediterranean-Black Sea

Jeffrey D. Sachs, Director, Earth Institute, Columbia University Director of the SDSN*

Jeffrey Sayer, Director, Development Practice Programme, James Cook University

Marcello Scalisi, Executive Director, UNIMED-Mediterranean Universities Union

Hans Joachim Schellnhuber, Director, Potsdam Institute for Climate Impact Research (PIK)

Josette Sheeran, President, Asia Society*

Mark Stafford Smith, Chair, Future Earth Science Committee

Marcelo Sanchez Sorondo, Chancellor, The Pontifical Academy of Science

Anna Skarbek, Executive Director, ClimateWorks Australia

Will Steffen, Adjunct Professor, Fenner School of Environment and Society, The Australian University

Lord Nicholas Stern, IG Patel Professor, Chair of Grantham Institute, London School of Economics

Pavan Sukhdev, Founder and Chief Executive Officer, GIST Advisory*

Mohd Yusoff Sulaiman, President and CEO, MIGHT

Jatna Supriatna, Chairman, University of Indonesia Research Center of Climate Change

Mark Tercek, President and CEO, The Nature Conservancy

Jean-Philippe Thomas, Executive Secretariat, ENDA Tiers Monde

John Thwaites, Chair, Monash Sustainability Institute*

Lena Treschow Torell, Chairman, MISTRA*

Laurence Tubiana, Professor, Sciences Po (Paris) and Columbia University, Co-Chair of the SDSN Leadership Council*

Ted Turner, Founder and Chairman, United Nations Foundation*

Auwalu Uba, Abubakar Tafawa Balewa University, Bauchi

Hans Vestberg, President and CEO, Ericsson Group*

Virgilio Viana, Director General, Amazonas Sustainability Foundation*

Martin Visbeck, Chair in Physical Oceanography, GEOMAR – Helmholtz Centre for Ocean Research Kiel & Kiel University*

Mathis Wackernagel, President, Global Footprint Network

Patrick Paul Walsh, Chair of the Academic Steering Group, Global MDP Association

Kevin Watkins, Director, Overseas Development Institute

Robert Watson, former Chair of the IPCC

Daniel Wiener, Chairman, Global Infrastructure Basel Foundation

E.O. Wilson, Emeritus, Harvard University

John Wiseman, Deputy Director, Melbourne Sustainability Society Institute, University of Melbourne

Xue Lan, Professor and Dean, School of Public Policy and Management, Tsinghua University, Co-Chair of the SDSN Leadership Council*

Hirokazu Yoshikawa, Professor, New York University*

Soogil Young, Professor, KDI School of Public Policy and Management*

Bill Zhou, Executive Director, SUSDS

Hania Zlotnik, Former Director, UN Population Division*

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment ce contenu :