Accueil » Non classé » Apprendre à faire sa part | Alexandre Jardin

Apprendre à faire sa part | Alexandre Jardin

http://www.journaldemontreal.com/2015/05/30/apprendre-a-faire-sa-part

Apprendre à faire sa part

  
L’écrivain Alexandre Jardin, fondateur du mouvement Bleu, Blanc, Zèbre, dévoile dans un essai percutant, Laissez-nous faire!, le combat qu’il mène pour créer une société civile adulte et solidaire, déterminée à devenir son propre recours devant la crise.

De passage au Québec pour présenter ce nouvel essai — et assister à la cérémonie de fin d’études de son fils à l’Université McGill —, Alexandre Jardin discute de manière à la fois enthousiaste et réfléchie de ce qui se passe en France et des actions posées par les Zèbres.

«C’est euphorisant! En France, on est dans une société qui est complètement bloquée en haut, et on s’aperçoit que, dans les territoires, le pays est en train de fabriquer toutes les solutions dont il a besoin en matière de logement, de retour à l’emploi, de lutte contre l’échec scolaire. Jour après jour, je tombe juste sur des gens formidables parce que, même dans un contexte de crise sociale terrible, quand vous bâtissez des solutions, vous allez bien», explique-t-il en entrevue.

C’est un mouvement social puissant, porteur d’actions positives, qui est, pour l’écrivain, «jubilatoire». Il cite le cas de Guillaume Bapst, qui a fondé en France un réseau de 300 épiceries solidaires qui nourrissent 1 700 000 personnes chaque année. «C’est énorme. Guillaume traite d’un sujet terrifiant: ce sont des gens qui ont faim. Dans ces épiceries solidaires, on paie le prix du panier 20 % de son coût réel. Quelqu’un comme Guillaume pète le feu parce que, devant ce qui l’indigne, il a bâti une solution. Tous nos Zèbres sont assez euphoriques!»

Il s’agit d’une reprise de pouvoir par le citoyen, par les associations, par les entrepreneurs, par les fonctionnaires créatifs et par les élus locaux. Il poursuit. «Politiquement, la moitié des Français refuse d’aller voter et, quand ils votent, ils votent de plus en plus pour les extrêmes et surtout pour le Front national. Qu’est-ce qu’on fait? Visiblement, rien ne se passe. Il m’a semblé beaucoup plus prudent de faire repartir le pays par des “Faiseux” — des gens d’action — dans nos territoires, plutôt que par Paris. Je fais ça aussi parce que je ne veux pas d’une Marine Le Pen au pouvoir.»

Établir une stratégie

Alexandre Jardin ajoute qu’il fallait que tout cela soit expliqué dans un livre, pour établir une règle du jeu et une stratégie. «Vous ne pouvez devenir Zèbre que si vous passez à l’action. On fait un «do tank», pas un «think tank».» Et un “Faiseux”, pour lui, c’est quoi exactement? «C’est quelqu’un qui se prend en main, qui n’attend rien du gouvernement, qui implique la population et qui est joyeux. Nous ne rappelons jamais les casse-couilles.»

L’association Lire et faire lire, qu’il a cofondée il y a 16 ans, a une antenne québécoise. «On embarque les anciens et les retraités dans les écoles maternelles et primaires pour qu’ils transmettent le plaisir de la lecture.»

Il a aussi mis en place avec McDonald’s un programme où une collection de livres cartonnés est offerte dans les Joyeux festins. «Concrètement, des millions d’exemplaires sont payés par McDonald’s, qui, de cette manière, va les faire entrer dans les chambres des enfants des classes populaires.»

Le mouvement des Zèbres, de plus en plus populaire en France, a stimulé sa créativité même s’il est tellement occupé que sa vie est «en charpie». «On est en train de structurer tous les bouquets de solutions. C’est un travail de fou parce que les programmes affluent par dizaines. Laissez-nous faire!, je l’ai écrit la nuit, mais plus je m’enfonce dans ce combat social énorme, plus l’écrivain se réveille, plus j’ai envie de fiction.»

♦ Alexandre Jardin a publié une vingtaine de romans et de récits qui ont fait de lui l’un des auteurs de fiction français les plus lus.

♦ Pour tout savoir sur les Zèbres et leurs actions: www.bleublanczebre.fr.

♦ Pour le programme Lire et faire lire: www.lireetfairelire.qc.ca.


PHOTO COURTOISIE
Alexandre Jardin
Laissez-nous faire! On a déjà commencé
Éditions Robert Laffont, 206 pages

«Ce livre dessine un chemin de désobéissance positive, constructive et solidaire, un mode d’emploi à la portée de tous. D’autant plus nécessaire après les 7, 8 et 9 janvier 2015 de sang et après le sursaut républicain qui s’est dessiné dans les jours suivants. Quelque chose de durable doit naître de tout cela.

En ce qui me concerne, je m’y mets avec fièvre en assumant désormais ma part d’action civique. Au risque de passer pour un aventurier à l’impulsivité brouillonne, parfois dans l’outrance; et alors même que je n’ai ni l’expérience du monde ni l’imagination requise pour pallier les lacunes de l’inexpérience.

[…]

Dans les vingt-quatre mois à venir, serez-vous civiquement inerte ou actif?»

— Alexandre Jardin, Laissez-nous faire!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment ce contenu :