Accueil » Non classé » Pour l’environnement, la résistance au changement est parfois irrationnelle

Pour l’environnement, la résistance au changement est parfois irrationnelle

Nous reproduisons ici un excellent résumé de Stéphane La Branche (1) qui reprend les sujets abordés lors de la conférence donnée le 8 octobre 2014 à l’Université Laval de Québec. (2)

Cette analyse est très révélatrice pour les travaux d’architecture sociale de l’IRASD.

http://envirhonalp.obs.ujf-grenoble.fr/component/option,com_docman/task,doc_download/gid,305/

Pour l’environnement, la résistance au changement est parfois irrationnelle

Stéphane La Branche, politologue à l’Institut d’Études Politiques de Grenoble, spécialiste de la sociologie de l’environnement, rappelle que les représentations et comportements en matière d’environnement ne sont pas toujours liés aux connaissances scientifiques.

Stéphane La Branche s’intéresse particulièrement aux changements de comportement par rapport à l’environnement. « Depuis qu’on parle de développement durable, on demande aux gens de participer, de changer de valeur et de comportement » rappelle Stéphane La Branche. Le présupposé est le suivant : informé, le public agira différemment. « Les recherches montrent que les comportements peuvent changer même si les gens ne savent pas et que le savoir n’entraine pas forcément des changements de comportements » souligne Stéphane La Branche.

Le poids de l’habitude

Or l’existence de freins au changement joue un rôle dans la durabilité de la croissance. Les obstacles sont économiques : pour délaisser le diesel et changer de voiture, il faut de l’argent, comme il faut de l’argent pour habiter un logement de haute qualité environnementale.

Les résistances sont aussi sociologiques et psychologiques. Parmi les obstacles, l’habitude, qui permet de vivre en associant des activités d’une manière routinière. Pour une partie importante de la population le changement est source de stress. Une minorité peut le vivre avec une certaine excitation.

Les comportements ne sont pas aisés à transformer en profondeur. Des études ont montré un effet rebond dans le comportement d’occupants de logements dont le chauffage avait été remis à neuf. La première année d’occupation, les occupants sont parvenus à une réduction de 30% de leur consommation énergétique. L’année suivante, avec les économies réalisée et pour augmenter leur confort, la consommation des habitants a augmenté de 10% par rapport à avant les travaux!

Pour les gaz de schistes et le caractère dangereux ou non de leur exploitation, des études sur les technologies réputées à risques, ont montré une part d’irrationalité face à des explications scientifiques. « Des études sur des conférences citoyennes consacrées aux OGM ont montré, qu’après des présentations scientifiques, les opposants et les partisans, ne changeaient que très peu de position. Le savoir permet de mieux argumenter, pas forcément de changer d’avis. La connaissance scientifique, les représentations et les valeurs ne se situent donc pas aux mêmes niveaux ».

 

Question :

Y a-t-il des études sociologiques sur les actionnaires, les dirigeants des grandes compagnies, les décideurs?

Réponse de Stéphane La Branche: davantage sur ces derniers que sur les premiers mais si l’on compare à la population générale, on s’est effectivement moins occupé de ceux qui prennent les décisions, en partie parce qu’ils ne veulent pas trop se dévoiler mais aussi parce qu’ils ont peu de temps à consacrer à des enquêtes, surtout les grands décideurs. On sait plus de choses sur les décideurs territoriaux et locaux.

 

Une étude climato-énergétique pourrait prendre la forme suivante:

  • Une évaluation d’impact environnemental de l’extraction et ensuite des émissions de GES issues de l’utilisation du Gaz accompagnée de …
  • …une étude SHS sur les oppositions: Qui et quels réseaux sociaux? Quels arguments, rationalités, valeurs, représentations? Perception et compréhension du risque?
  • Rapports entre les raisons des oppositions et science/technique ?
  • Quelles leçons tirer pour la décision?
  • Implications pour la pratique et la théorie de la gouvernance?

 

(1) http://www.pacte-grenoble.fr/blog/membres/labranche-stephane/http://webcom.upmf-grenoble.fr/edden/spip/spip.php?article188

(2) http://www.lefil.ulaval.ca/articles/energie-societe-36374.html

Advertisements

Un commentaire

  1. irasdssari dit :

    A reblogué ceci sur Enjeux énergies et environnement.

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment ce contenu :