Accueil » Non classé » L’IRASD prédit qu’aucune stratégie de mitigation des changements climatiques ne sera jamais présentée ni adoptée par les décideurs

L’IRASD prédit qu’aucune stratégie de mitigation des changements climatiques ne sera jamais présentée ni adoptée par les décideurs

Le COP20 se déroule ces jours-ci à Lima en préparation des stratégies concrètes que les pays doivent déposer lors du COP21 pour le climat qui aura lieu en décembre 2015 à Paris.

La banque mondiale, représentée par Jim Yong Kim, affirmait aujourd’hui que «Le compte à rebours a commencé. Contrairement aux protocoles du passé, l’accord de Paris doit traiter autant de la transformation économique que de la pollution ou des cibles de réduction d’émissions de carbone.»

Les stratégies que les gouvernements doivent concevoir et adopter visent à rencontrer les mesures de mitigation suivantes face aux changements climatiques :

  • diminuer les émissions de GES d’un facteur variant de 40% à 70% d’ici 2035 à 2050;
  • éliminer complètement les émissions de GES d’ici 2100.

Pour respecter ces recommandations de la cinquième édition du rapport 2014 déposé à l’ONU par le GIEC, les gouvernements doivent adopter des législations pour désinvestir des combustibles fossiles et investir massivement dans les énergies renouvelables tout en adoptant les recommandations du développement durable émises dans le rapport Brundtland en 1987.

Nous rappelons que le GIEC a produit son premier rapport sur les changements climatiques en 1988 pour le publier en 1990 et qu’aucun pays ni aucune industrie na jamais appliqué les directives du développement durable ni adopté de mesures significatives pour limiter les émissions de GES. Pourquoi?

À l’IRASD, nous observons depuis 30 ans les médias pour analyser les stratégies comportementales décisionnelles des politiciens et des industries. Ces observations nous permettent d’analyser les comportements décisionnels politiques et industriels dans leur contexte d’interactions avec le système social.

Force est de constater que les stratégies comportementales décisionnelles des politiciens sont fortement influencées par la culture politique, législative et économique du système social. Or, le système social est affublé de très nombreux défauts conceptuels et opérationnels. Parmi les plus graves de ces défauts figure l’étanchéité des concepts dans l’environnement social qui rend ce dernier imperméable à l’environnement biophysique. Ainsi, les concepts de l’environnement social sont totalement déconnectés de l’environnement biophysique.

Les conséquences de ces défauts graves, de l’étanchéité des concepts et de l’imperméabilité de l’environnement social favorisent des interactions avec la nature humaine qui induisent des stratégies comportementales décisionnelles complètement déconnectées de leurs impacts sur l’environnement biophysique.

Ces stratégies comportementales sont également constamment entretenues et alimentées par la culture politique, législative et économique adoptée par les politiciens, législateurs et industriels par mimétisme collectif sans même qu’ils n’en aient conscience.

En conséquence, l’IRASD émet une prévision avec 85% de certitude que des stratégies significatives pour réduire les émissions de GES afin de mitiger les impacts des changements climatiques ne seront jamais présentées ni adoptées par aucun décideur parce que leurs stratégies comportementales décisionnelles sont trop fortement influencées par la culture issue des défauts conceptuels et opérationnels du système social.

Les décideurs ne possèdent aucun pouvoir décisionnel neutre et objectif parce qu’ils sont assujettis, respectent et entretiennent les défauts conceptuels et opérationnels du système social qui est issu de plus de 10 000 ans d’adaptations par stratégies comportementales ayant donné naissance à la civilisation humaine totalement déconnectée de son environnement biophysique.

Seul un long et complexe processus d’architecture sociale peut donner lieu à une modernisation réformatrice profonde et élargie du système social afin de corriger ses défauts conceptuels et opérationnels pour modifier les interactions afin d’induire des stratégies comportementales décisionnelles intégrées à l’environnement biophysique.

https://enjeuxenergies.wordpress.com/2014/12/09/la-strategie-mondiale-doit-naitre-a-paris-le-devoir/

 

Stéphane Brousseau – Directeur de recherche
B.Sc. Géologie
Analyste et architecte en technologies de l’information et des communications
Chercheur en architecture sociale durable

IRASD – Institut de recherche en architecture sociale durable
SSARI – Sustainable Social Architecture Research Institute
Démocratie – Économie – Législation – Justice – Médias – Éducation – Religions – Sciences

https://irasd.wordpress.com/
IRASD.SSARI@gmail.com
@IRASD_SSARI

Advertisements

5 commentaires

  1. irasdssari dit :

    A reblogué ceci sur Enjeux énergies et environnement.

    J’aime

  2. […] L’IRASD prédit qu’aucune stratégie de mitigation des changements climatiques ne sera jamais pr… 2014-12-09 […]

    J’aime

  3. […] L’IRASD prédit qu’aucune stratégie de mitigation des changements climatiques ne sera jamais pr… 2014-12-09 […]

    J’aime

  4. […] [https://irasd.wordpress.com/2014/12/09/lirasd-predit-quaucune-strategie-de-mitigation-des-changement…] […]

    J’aime

  5. […] [https://irasd.wordpress.com/2014/12/09/lirasd-predit-quaucune-strategie-de-mitigation-des-changement…] […]

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment ce contenu :