Accueil » Non classé » « Le monde s’approche d’une grande catastrophe économique. Et personne n’en parle »

« Le monde s’approche d’une grande catastrophe économique. Et personne n’en parle »

Jacques Atali présente ici une analyse confinée à la Chine, mais dont l’ampleur significative est aussi représentative des déséquilibres systémiques mondiaux précurseurs à un effondrement.

Ce problème est sous la gouvernance irresponsable d’individus dont les stratégies comportementales encouragent l’accélération du développement économique monétaire capitaliste au détriment du développement humain novateur : les politiciens et leurs complices entrepreneurs opportunistes et industriels.

Cette obsession psychologique maladive du développement d’un concept social purement virtuel qu’est « l’argent » contribue également à accélérer une crise planétaire environnementale et climatique dont la seule issue possible est l’effondrement de la civilisation et l’extinction possible de la vie, incluant celle de l’espèce humaine elle-même.

À moins que l’homme soit suffisamment évolué pour réformer complètement les concepts et mécanismes sociaux de sa civilisation et le faire rapidement et juste à temps, car il commence à être presque un peu trop tard pour agir, du moins ça l’est pour prévenir une partie des impacts.

Il est urgent de réformer la fondation de l’économie sur une base humaine et non monétaire. Car ce n’est pas l’argent qui peut mesurer la valeur d’une société ni nourrir sa population mais bien la valeur des individus par leur apport novateur à la collectivité en créant des solutions viables et durables.

Il est urgent de favoriser des comportements de survie et d’évolution de l’espèce en symbiose avec l’environnement biophysique et non en surexploitant ses ressources au bénéfice d’un système qui consume tout le reste à petit feu sans vraiment apporter grand chose de viable…

.

http://blogs.lexpress.fr/attali/2015/08/17/la-crise-acte-2/

La crise, Acte 2

Pour avoir écrit ici le 4 février dernier (voir L’Express N•3318) qu’une nouvelle crise économique mondiale menaçait, et en avoir révélé les signes avant-coureurs, j’ai déclenché d’innombrables ricanements. L’analyse est encore plus vraie aujourd’hui : le monde s’approche d’une grande catastrophe économique. Et personne n’en parle.

Nul ne voit, en particulier, que ce qui se joue en Chine peut entraîner, par contagion, une dépression planétaire si nous n’agissons pas vite, de façon préventive. L’évolution chinoise était prévisible : sa croissance à 10% par an ne pouvait être durable et le ralentissement était inévitable. De plus, la Chine n’est plus compétitive, au cœur d’une Asie dont nombre de pays s’éveillent à leur tour. L’Empire du Milieu n’a pas su, comme l’ont fait les Etats-Unis et le Japon en leur temps, créer des firmes de taille internationale, avec des marques mondiales. La catastrophe de Tianjin aggrave cette menace dans des proportions considérables, paralysant une ville de 15 millions d’habitants, l’un des premiers lieux d’exportation et d’importation du pays, et rappelant, après d’autres événements du même genre, combien ce pays souffre des censures que lui imposent les exigences d’un parti unique.

Les conséquences de cette situation peuvent être désastreuses pour le régime. La récession a, en effet, entraîné une baisse de plus d’un tiers de la valeur de la Bourse, où les 200 millions de membres de la classe moyenne ont investi la moitié de leur épargne, mise en réserve pour financer les frais de santé et d’éducation familiaux, ainsi que leurs retraites, que l’Etat ne couvre pas. De plus, si la croissance continue de ralentir, c’est l’exode rural qui va s’essouffler, réduisant la demande de logements et menant l’immobilier à l’effondrement, ce qui détruira l’autre moitié de l’épargne de la classe moyenne. Et rien n’est plus dangereux, pour tout régime, que de ruiner sa classe moyenne, ossature de tout ordre social.

La manipulation du taux de change ne suffira pas à enrayer cette chute. Au contraire, même, elle peut l’aggraver en mettant la Chine en situation de dépendre du bon vouloir des spéculateurs internationaux, et en incitant d’autres pays à agir sur leur taux de change pour rétablir leur compétitivité.

Au total, la récession chinoise, si elle se confirme, entraînera celle du Brésil, qui provoquera celle des Etats-Unis puis la nôtre. Cette menace, aujourd’hui négligée, sera bientôt d’actualité. Au plus tard lors du G7 d’Istanbul, en septembre, les dirigeants occidentaux devront débattre d’un éventuel plan de relance. Seulement voilà : nos Etats ne disposent plus, comme en 2008, de marges de manœuvre budgétaires, et nos banques centrales n’ont plus la possibilité, comme en 2010, de diminuer leurs taux d’intérêt.

Alors, que reste-t-il pour relancer la croissance ? La solution la plus folle, la plus facile, serait d’imprimer encore plus de billets, comme on le fait déjà aux Etats-Unis, au Japon, en Grande-Bretagne et dans la zone euro. Cela finirait par ruiner les épargnants, c’est-à-dire les seniors, aujourd’hui grands vainqueurs d’un monde sans enfants, sans pour autant donner du travail et des perspectives de croissance aux plus jeunes.

Nous avons encore tous les moyens d’empêcher un tel scénario et, même, de ne pas se contenter d’une stagnation sans création d’emplois, qui semble pourtant être aujourd’hui la meilleure hypothèse. L’économie mondiale a les possibilités d’une très forte croissance, d’un genre nouveau, à condition de mettre en place des mécanismes de coordination, de réorientation et de surveillance planétaires ; de penser l’économie en fonction de l’intérêt des générations suivantes ; de lutter contre les rentes économiques, financières, sociales et politiques ; et de favoriser les innovations de toutes natures. Cela suppose de l’audace, de la confiance, de la transparence. Toutes choses que les politiques, quels que soient les régimes, détestent par-dessus tout.

j

Jacques Attali

jacques attali lexpress

Professeur, écrivain, conseiller d’Etat honoraire, conseiller spécial auprès du Président de la République de1981 à 1991, fondateur et premier président de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement à Londres de 1991 à 1993, je suis maintenant président de A&A, société internationale de conseils, spécialisée dans les nouvelles technologies, basée à Paris, et président de PlaNet Finance, organisation internationale à but non lucratif, rassemblant l’ensemble des institutions de microfinance du monde.

J’ai fondé en 1980 Action Contre la Faim; en 1984 le programme européen Eurêka (programme majeur européen sur les nouvelles technologies qui a inventé, entre autres, le MP3). J’ai aussi lancé, en 1989, un programme international d’action contre les inondations catastrophiques au Bangladesh.

Ensuite, j’ai conseillé le secrétaire général des Nations Unies sur les risques de prolifération nucléaire.

Je suis à l’origine de la réforme de l’enseignement supérieure, dite LMD, qui harmonise tous les diplômes européens. Docteur d’Etat en Sciences économiques, je suis diplômé de l’Ecole Polytechnique, (major de la promotion 1963), de l’Ecole des Mines, de l’Institut d’Etudes Politiques et de l’Ecole Nationale de l’Administration.

J’ai enseigné l’économie théorique à l’Ecole Polytechnique, à l’École des Ponts et Chaussées et à l’Université Paris-Dauphine. Je suis docteur honoris causa de plusieurs universités étrangères et membre de l’Académie Internationale des Cultures.

Je suis chroniqueur à L’Express et l’auteur de plus de cinquante livres, traduits dans plus de vingt langues et diffusés à plus six millions d’exemplaires dans le monde entier: des essais (traitant de sujets variés allant de l’économie mathématique à la musique), des romans, des contes pour enfants, des biographies et des pièces de théâtre.

Advertisements

34 commentaires

  1. Merci, d’exprimer si clairement ce que la simplicité volontaire pratique a l’opposé du monde monétaire.

    Aimé par 1 personne

    • Gandhela dit :

      Vous en avez marre de l’évolution de nos sociétés? Vous ne savez pas quoi faire? Vous pensez que rien ne sert à rien?
      Tentez ça :

      Donc, le 20 OCTOBRE À 12h ARRÊTEZ TOUT ET SORTEZ 1 MN…..
      Et puis on s’interrogera sur le tirage au sort en politique, la propriété d’usage et non lucrative, le salaire à vie, le sens de la valeur, l’argent, le réchauffement climatique et ses conséquences immédiates …. Pleins de sujets passionnants…. Pas en 1 mn hein, mais c’est un début…..
      Misons sur la grandeur de nos vies, parions sur notre capacité à vivre ensemble, à notre solidarité naturelle, et pas sur ce que l’on nous montre à longueur de temps, nos bassesses, nos esprits étriqués, nos peurs et notre bêtise…. NOUS SOMMES CAPABLE D’ÊTRE HEUREUX! C’est même pour cela que la vie existe! C’est un vrai combat, le seul qui vaille!
      PARTAGEZ si vous en êtes..
      Ceci est sérieux.
      https://www.facebook.com/20octobre12h?ref=hl

      J’aime

    • Boulahcen dit :

      Merci monsieur je suis fort ravi que vous exprimiez haut et fott votre avertissement a l humanite aveugle par la ferocite du capitalisme en grand visionaire j espere que votre cri d alarme pour la sauve garde de l humanite sera entendut mercii

      J’aime

  2. […] « Le monde s’approche d’une grande catastrophe économique. Et personne n’en parle » […]

    J’aime

  3. francine bourgouin dit :

    À force d’épuiser les ressources de notre planète, par une économie basée sur la surconsommation au détriment de l’individu, cette belle planète finira par gagner.

    J’aime

  4. danielsoum dit :

    Dans la droite ligne de ce que vous dites, le Vietnam vient de décider à son tour de manipuler le taux de change en dévaluant le Dong de 3% par rapport au Dollar US, et en expliquant officiellement qu’il s’agit de favoriser les exportations!…

    J’aime

  5. Felgines dit :

    Le développement et la sophistication des systèmes financiers mondiaux ne permettent plus un contrôle des finances publiques par la population .
    De ce fait le métier est de plus en plus opaque et « très rémunérateur » pour tous ces acteurs qui ont perdus « la main » au profit de puissances financières très souvent supérieure en capacité que les États eux même .
    Le système électoral (démocratique) fait que le politique « arrose » en pure démagogie des finances incontrôlées puisque le but est d’attirer les voix électorales pour être élu et pour profiter des mânes financières .
    La démocratie n’est autre qu’un système fascisant sur un plan économique subtil .
    Bien sur le fascisme version seconde guerre mondiale c’est déplacé au profit d’un système financier destiné à des initiés internationaux nous ne sommes plus à la répression directe bien sur les effets secondaires de cette situation restent imprévisibles .
    ALAIN. FELGINES

    J’aime

  6. Bernice May Butler dit :

    merci pour tout votre travail

    J’aime

  7. tideedex dit :

    Je partage votre point de vue. Toutefois, que feront les petits pays face à celà?

    J’aime

  8. adel hedrich dit :

    je suis etonné qu’ Attali ne mentionne pas l’intervention des gouvernants dans le monde des finances et particulierement par une constante regulation des marchés financiers. Ne pense-t-il pas que cette economie de casino est à l’origine de tous nos maux ?

    J’aime

  9. Walid Kaabachi dit :

    Voilà pourquoi M. Attelli a publié cet article :
    « à condition de mettre en place des mécanismes de coordination, de réorientation et de surveillance planétaires ».
    A qui va profiter l’instauration de ce type de mécanismes…. de surveillance planétaires….

    J’aime

  10. taki dit :

    L’article s’arrête là où il devient intéressant. Comment on peut dépasser ce système qui permet à une poignée d’hommes de continuer de s’enrichir à la folie en conduisant l’humanité, qui les inclut (sauf s’ils sont des aliens et certains le pensent) à sa perte ? Et je ne suis pas du tout contre le profit puisque je suis patron. Je suis contre la folie.Du reste, il n’est pas vrai que la terre est sur-exploitée, surpeuplée. ..Il suffit juste qu’on permette à l’innovation de s’installer et les millions de kilomètres de désert reverdiront, Des amateurs ont créés des motos qui roulent 500 km en n’utilisant qu’un litre d’eau ! C’est sur Utube. Le pétrole et tous les drames qui tournent autour (de la guerre du Golfe jusqu’au meurtrier  » printemps arabe ») devrait être aussi caduque que le charbon. La vie devrait : coûter beaucoup moins cher, être beaucoup plus propre, beaucoup moins pénible car la technologie permet de travailler moins…Mais nos riches n’y ont pas intérêt. Le système tel qu’ils l’ont conçu continue de leur permettre de pomper de l’argent. Pourtant us d’argent t qu’ils n’en ont ne leur rajouterait rien. Alors ils vont tout détruire pour rien. Finalement ceux qui pensent que les groupes de pression qui sont derrieres ces gouvernants sont des Aliens sont bien se sensés étant donné que les maîtres de ce monde ne sont pas fous. Alors s’il vous plaît, vous les penseurs qui jouissent d’une reconnaissance internationale attelez vous à expliquer au monde comment on peut sauver le monde. Arretez ces aliens.. Que la terre court à sa perte même les enfants de 6 ans le savent. Ne perdez plus votre temps à le démontrer.

    J’aime

    • irasdssari dit :

      Les travaux requis pour architecturer un nouveau modèle de civilisation humaine ne se font pas en quelques minutes, ni avec les concepts qui ont servi à déstabiliser la seule planète viable dont nous disposons…

      L’IRASD y travaille, mais il nous faudra l’implication de beaucoup, beaucoup de collaborateurs, comme pour les rapports du GIEC. Avec la différence que le mandat est considérablement plus large…

      J’aime

  11. taki dit :

    Désolé l’article ci-dessus n’a pas été relu et il contient donc certaines fautes dues à l’écriture intuitive. « Pourtant, de l’argent, plus qu’ils n’en ont, ne leur rapporterait rien. » La phrase à corriger.

    J’aime

  12. mechain dit :

    c est honorable d en parler ,Agir , alors il faut agir avant que cette catastrophe annoncée soit REMISE A NOS GENERATIONS SUIVANTES, pourquoi attendre alors que nous en sommes RESPONSABLE..

    J’aime

    • irasdssari dit :

      À l’IRASD, nous préparons le terrain pour agir. Car agir n’importe comment en faisant n’importe quoi mène à de mauvaises décisions ou à de pires résultats.

      Corriger ce qui a été fait avec les mêmes moyens que ce qui l’a provoqué n’est pas une bonne idée.

      Introduire de nouveaux concepts et fonctionnement de société exige des connaissances et un certain temps.

      J’aime

  13. TATOPOULOS dit :

    vous aviez bien commencé, votre récit avec lequel je suis assez d’accord, nos diplomates non aucune perspective d’avenir, et comme vous le dite son encore dans ce système révolu et mafieux quelque soit l’état  » les politiciens et leurs complices entrepreneurs opportunistes et industriels. »votre déclinaison de l’urgence d’agir et l’explication cohérente que vous en faite et compréhensible même aux plus ignorants, mais ce coté nombriliste gâche tout, en faite vous vendez vos opinions, votre analyse, mais vous n’avez pas plus de solution a offrir, pour cacher cela le  » moi je  » fonctionne malheureusement pas avec tout le monde.

    J’aime

    • irasdssari dit :

      Ce texte est une analyse, un constat de situation avec des explication tirées de nos recherches bonifiant un article rediffusé. Depuis trois ans, nous avons rédigé de nombreuses analyses sur le même sujet avec des pistes de solutions. Vous pouvez les lire sur notre site.

      Nos travaux de recherche ont pour objectif de documenter des dossiers thématiques qui serviront de bases de connaissances pour réaliser l’architecture sociale des solutions pour notre civilisation.

      Nous sommes plus de 7,3 milliards d’individus de l’espèce humaine. Plus de 28 000 de ces individus on lu cet article. Comment se fait-il que si peu d’individus s’impliquent dans l’IRASD à travailler activement à la réforme du système socIal de l’humanité?

      À l’IRASD, nous préparons le terrain pour agir. Car agir n’importe comment en faisant n’importe quoi mène à de mauvaises décisions ou à de pires résultats.

      Corriger ce qui a été fait avec les mêmes moyens que ce qui l’a provoqué n’est pas une bonne idée.

      Introduire de nouveaux concepts et fonctionnement de société exige des connaissances et un certain temps.

      L’IRASD forme une équipe microscopique comparée à l’ampleur de la tâche qui consiste à architecturer des modèles de fonctionnement soutenables et durables pour la société humaine.

      J’aime

  14. Jonathan dit :

    Je suis loin d’être un expert en économie je suis un simple travailleur. Les seules questions que je me poses face à une telle situations sont les suivantes: Comment, nous les pauvres gens de la classe moyenne qui travaillons presque tout le temps juste pour notre propre survie et celle de nos enfants, pourrions nous venir en aides à votre mouvement de changement du monde tout en continuant de travailler afin d’amasser assez d’argent pour se loger, se nourrir, boire etc…? Et comment faire pour mettre fin à une possibles récession majeur en sachant très bien que les gouvernements, aussi intelligent soit t’ils, n’ont pas les couilles de nous dire se qui se passe réellement lorsqu’un problème majeur survient et qu’ils n’ont pas les moyens d’engendrer un revirement de situation majeurs, fautes d’argent et de ressources ?

    Aimé par 1 personne

    • irasdssari dit :

      Pour répondre à votre première question, nous vous pointerons la nécessité de choisir stratégiquement vos loisirs… Il est plus bénéfique de parfaire ses connaissances que de perdre son temps à des activités stériles. Et il est faux de croire que les activités de recherche et d’acquisition de connaissances ne sont pas divertissantes, au contraire.

      La situation dans laquelle se trouve l’humanité après plus de 10 000 ans d’évolution et d’histoire est catastrophique sous l’apparente réussite technique et technologique! En prenant conscience de cette situation, l’action urgente devient nécessaire. Le choix libre et individuel existe toujours. Mais la responsabilité collective s’accroît. En situation périlleuse, le réflexe de survie devrait primer…

      Il est inutile de demeurer apathique en fondant espoir sur l’inaction des décideurs et politiciens; ce ne sont pas des architectes de société ayant pour mission de résoudre les problèmes de civilisation, mais de simples gestionnaires de fonds publics. Et ils subissent les mêmes contraintes que le reste de la population, même si c’est à retardement. Personne ne survivra sur une planète stérile.

      À force que toute la population se relance la balle brûlante, personne ne se responsabilise. Pourtant tous les individus vivants sur la planète sont directement touchés par les dérives économiques, les dérapages politiques et les crises sociales sans oublier la destruction des ressources et du climat planétaires nécessaires au maintien de la vie sur la seule planète viable connue et accessible qu’est notre bonne vieille Terre sur laquelle la vie est apparue favorisant notre apparition et permettant notre évolution.

      Nous sommes tous collectivement responsables de laisser aller ou d’agir pour apporter les changements nécessaires. Mais l’action sans coordination donne des résultats locaux ou inefficaces, car non intégrés. En effet, d’innombrables modèles d’économies sans monnaie ou de gouvernance démocratique sans représentants existent. Mais l’un doit s’intégrer à l’autre tel que l’économie monétaire est actuellement intégrée à la politique représentative capitaliste.

      Il faut également bien comprendre la portée des travaux de l’IRASD afin de mesurer l’étendue des efforts requis. Aucun spécialiste ne figure parmi les chercheurs de l’IRASD pour la simple raison que nos recherches ne sont pas approfondies, mais très élargies. En conséquence, nous avons besoin de généralistes très autonomes avec de grandes capacités de recherche documentaire et de rédaction de résumés des notions et théories de base connues. Nous recherchons des individus neutres, objectifs, sans déformation socioculturelle ou religieuse exagérée, mais avec un bagage minimum d’intérêts et une volonté d’élargir ses connaissances ou de contribuer à élargir les connaissances collectives.

      Pourquoi les connaissances approfondies ne sont pas nécessaires à ce moment-ci? Simplement parce les principes complexes et spécifiques s’appliquent à des conditions très particulières et à des sous-ensembles très restreints du système. Or, nos travaux s’appliquent à toute l’espèce humaine, à l’ensemble de l’environnement biophysique de la planète et aux grands concepts et mécanismes de société qui s’appliquent à l’ensemble de la population.

      L’architecture sociale exige d’abord un travail d’intégration des connaissances de base liées au très large spectre de tous les domaines des environnements humain, biophysique et social. Notre plan de recherche est en ligne dans la section « planification ». Vous y trouverez la liste des domaines à documenter. Nos travaux sont dynamiques et adaptatifs.

      Nous avons défini deux catégories d’acteurs définissant le niveau d’implication dans les travaux de l’IRASD tels que décrits sur notre page d’équipe : des collaborateurs et des chercheurs. Il est donc possible de participer autant en fonction de ses disponibilités que de ses compétences ou de ses intérêts.

      La participation minimale qu’un individu puisse faire et la plus importante à ce stade des travaux du plan maître est de prendre connaissance des analyses publiées sur la page du site de l’IRASD ou sur la page Facebook, d’y réfléchir et de les partager dans vos réseaux pour inciter à la prise de conscience et à la réflexion. L’acquisition de connaissances permet d’alimenter des débats constructifs contrairement aux combats de coqs démagogiques spectaculaires des politiciens destinés à confondre tout le monde par de la corruption idéologique.

      De plus, un projet de recherche comme celui de l’IRASD menant à un projet de société ne pourra jamais se concrétiser sans une majorité convaincue de la démarche, éduquée sur les notions théoriques et participatives aux solutions. Plus rapidement les travaux de l’IRASD seront connus, plus nombreux seront les collaborateurs et chercheurs impliqués, plus vite sera possible l’architecture de solutions disponibles pour diffusion au plus grand nombre d’individus.

      Bien entendu, il faudra structurer les communications, la collaboration et la transition. Chaque étape est prévue et sera planifiée et documentée avec soin en temps opportun. Rien n’est impossible tel que le démontre de nombreux mouvements et comportements sociaux de masse généralisés comme la consommation, le travail, etc.

      Vous remarquez que nous travaillons exclusivement en français parce que nous sommes francophones. Mais pour accélérer la diffusion, il faudra traduire notre matériel en ligne. Des collaborateurs seront nécessaires.

      La tâche est colossale et le délai imparti très court. Certaines études projettent un effondrement de la civilisation humaine d’ici 2040. Elle peut survenir avant si des variables inconnues se retrouvent impliquées en rétroaction. Cela ne nous laisse qu’entre 10 et 25 ans pour réformer le système social et l’implanter à la planète entière. Le projet n’est pas irréalisable parce que nous sommes plus de 7,3 milliards d’individus. L’implication et la planification sont les clefs du succès.

      Pour répondre à votre question « comment faire pour mettre fin à la récession? » Nous répondons simplement que c’est impossible avec un système économique monétaire aussi dérégulé et incontrôlable que le nôtre exigeant des spécialistes qui affirment eux-mêmes avoir perdu le contrôle!

      Un bon système économique devrait être autorégulé et en autocroissance, mais en parfaite symbiose avec les environnements humain, biophysique et social. Nous vous invitons à lire notre dossier sur Analyse et historique du modèle économique monétaire capitaliste (https://irasd.wordpress.com/dossiers/recherches/environnement-social/analyse-et-historique-du-modele-economique-monetaire-capitaliste/).

      Stéphane BrousseauDirecteur de recherche
      B.Sc. Géologie
      Analyste et architecte en technologies de l’information et des communications
      Chercheur en architecture sociale durable

      J’aime

  15. Leca dit :

    Merci pour ce brillant exposé je partage ce point de vu avec quelques remarques, pour notre pays il faut réduire le déficit en réduisant tout ce qui peut être aidé financière arrêter tous les privilèges fiscaux je dis bien tous sans exception même les avantages des journalistes réduire les charges sociales sur les salaires à 15%, augmenter les salaires de 40% …
    Pourquoi les Entreprises n’embauchent elles pas?? Trop de Charges sociales et pas assez de souplesse un Chef d’entreprise devrait embaucher ou débaucher en fonction de sa production
    C’est une loi fondamentale du commerce …..etc…

    J’aime

  16. tout a commencé le 15 août 1971 lorsque nixon a officialisé et supprimé le lien entre l’économie financière et l’économie réelle la suite est logique c’est un rapport de forces en présence

    J’aime

  17. bousleiman dit :

    !!!! pourquoi mr attali n est pas dans » » l entourage » » du gouvernement pour les aider un peu,ils en auraient bien besoin pour prendre quelques décisions (enfin )bien cibles

    J’aime

    • irasdssari dit :

      Nos observations démontrent qu’il y a majoritairement un seul genre d’individu ignare qu’on place en politique.

      Fort probablement qu’il ne reste que des imbéciles à y placer car nous n’avons rencontré aucune personne intelligente qui veuille aller se bruler en politique!

      La raison est simple : la culture politique du mensonge démagogique servant à masquer l’incompétence pour favoriser la corruption idéologique a contribué à saper la confiance des gens.

      J’aime

  18. iarivo dit :

    Monsieur ATTALI et l’ISRAD ne nous apportent rien de nouveau dans leur réflexion sur le devenir de l’économie mondiale et de l’humanité.
    Le capitaliste n’est pas né avec l’humanité et n’a jamais été une fin en soi !
    Avant le capitaliste, il y a eu d’autres types d’économie (cueillette, économie de subsistance, mercantilisme, …) et d’autres types de relation économique et humaines apparaitront dans le futur.
    L’homme est suffisamment intelligent pour savoir jusqu’où il peut y aller et comment réagir lorsqu’il s’est trompé de chemin, de démarche.
    J’y vois plutôt là une réflexion d’un pessimiste qui veut crier à la fin du monde.

    J’aime

    • irasdssari dit :

      Nous sommes heureux d’apprendre par votre commentaire que vous en savez autant que nous sur la gravité de la situation. Nous soupçonnons toutefois que votre conclusion nécessite une mise à niveau, car nos observations démontrent que depuis plus de 200 ans, l’humanité fait fausse route. Et nous doutons fort, d’après nos recherches en cours qu’il s’agisse là de simple pessimisme.

      L’humanité a effectivement cumulé des bibliothèques de connaissances, mais elle échoue lamentablement à intégrer ses connaissances pour exercer une gouvernance décisionnelle intelligente à l’échelle de son espèce et de sa seule planète habitable. Au contraire, l’espèce humaine, par ses stratégies comportementales, semble mieux adaptée à son environnement social qu’à son environnement biophysique dont elle altère gravement les équilibres en luttant pour la croissance d’un concept social unique dans l’univers que l’humain nomme : l’économie!

      Si jamais vous étiez un peu perdu dans l’immensité du savoir humain, nous vous invitons à débuter par la lecture, l’analyse et la recherche pour approfondir les sujets faisant l’objet des analyses publiées sur notre site (https://irasd.wordpress.com). Par la suite, vous pourrez consulter notre banque de près de 50 000 articles au sujet de l’environnement biophysique couvrant autant les aspects énergétiques que climatiques sans oublier les impacts sur la biodiversité : https://enjeuxenergies.wordpress.com. Vous tirerez de celle humble lecture une vision d’ensemble assez fiable…

      Il nous semble toutefois que vous maîtrisiez quelques notions de base de l’histoire et de l’évolution du concept d’économie ce qui serait fort bénéfique pour nos travaux de recherche préliminaires à la conception de solutions en architecture de société (https://irasd.wordpress.com/dossiers/generaux/larchitecture-sociale/).

      Nous vous invitons donc à prendre connaissance de notre mission (https://irasd.wordpress.com/mission/) ainsi que de notre planification (https://irasd.wordpress.com/planification/) et de vous joindre à notre équipe pour accélérer nos recherches afin d’architecturer des solutions sociales viables, intégrées, soutenables et durables pour la pérennité de la civilisation et la survie de l’espèce humaine.

      N’hésitez pas à nous contacter, il nous fera plaisir de vous confier la recherche et la rédaction du dossier sur l’économie depuis son apparition au coeur des stratégies comportementales de l’homme primitif en passant par l’histoire de son évolution, jusqu’à la situation actuelle qui a contribué à dénaturer gravement les comportements et la capacité décisionnelle humaine.

      Au plaisir de vous compter dans notre équipe de recherche!

      J’aime

  19. HASOM dit :

    Please read this great book of the Italian writer Loretta NAPOLEONI : ROGUE ECONOMICS ; CAPITALISM’S NEW REALITY.
    Read also on the Islamic Economy.

    J’aime

  20. M.B dit :

    Restons tout de même réaliste : il est trop tard. Inutile de nous bercer avec des articles et discours qui n’apporteront rien de concret. Le mal est fait, je ne suis pas pessimiste…
    28000 sur 7 milliards ??? Jonathan a bien expliqué l’esclavagisme moderne qu’est le capitalisme et la société de consommation, chacun s’occupe de ses obligations !
    La décadence, l’injustice et les inégalités sont à leur paroxysme.
    Croire à une possibilité de réorientation sans la fin pure et simple de l’économie papier relève purement et simplement de la naïveté.
    Comme la planète, le système a épuisé toutes ses ressources.
    M.ATTALI : « Jérusalem, le rêve de la capital mondial,… »

    J’aime

  21. Gandhela dit :

    Vous en avez marre de l’évolution de nos sociétés? Vous ne savez pas quoi faire? Vous pensez que rien ne sert à rien?
    Tentez ça :

    Donc, le 20 OCTOBRE À 12h ARRÊTEZ TOUT ET SORTEZ 1 MN…..
    Et puis on s’interrogera sur le tirage au sort en politique, la propriété d’usage et non lucrative, le salaire à vie, le sens de la valeur, l’argent, le réchauffement climatique et ses conséquences immédiates …. Pleins de sujets passionnants…. Pas en 1 mn hein, mais c’est un début…..
    Misons sur la grandeur de nos vies, parions sur notre capacité à vivre ensemble, à notre solidarité naturelle, et pas sur ce que l’on nous montre à longueur de temps, nos bassesses, nos esprits étriqués, nos peurs et notre bêtise…. NOUS SOMMES CAPABLE D’ÊTRE HEUREUX! C’est même pour cela que la vie existe! C’est un vrai combat, le seul qui vaille!
    PARTAGEZ si vous en êtes..
    Ceci est sérieux.

    https://www.facebook.com/20octobre12h?ref=hl

    J’aime

  22. Auguste Bitambo, journaliste Douala_Cameroun dit :

    Super et ravis de vous lire

    J’aime

  23. Quant la Chine s’éveillera? Aujourd’hui les pays dits du tiers monde, qui subissent les foudres d’un capitalisme à la merci de la loi du plus fort! Comment faire autrement? Les Pays en voie de développement sont certainement interpellés pour que des solutions puissent permettre de relever le défi. Les pays industrialisés n’ont plus rien à offrir et le système économique mondial fondé sur 1/5 entre producteur et consommateur concours à cette catastrophe économique éminente!!! Que Dieu nous en garde!!!!

    J’aime

  24. Me jean Shilnet PIERRE dit :

    Avertissement scientifiquement magistral et savant. Que les nations écoutent si elles ont des oreilles. Merci professeur

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment ce contenu :